Cet article date de plus de deux ans.

L'Espagne pourrait accueillir des touristes allemands, français et scandinaves dès la fin juin

Leur arrivée pourrait être autorisée avant le 1er juillet dans les archipels des Baléares et des Canaries.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La côte de Cabrera, dans les îles Baléares, en Espagne, le 21 janvier 2020. (MANUEL COHEN / AFP)

L'Espagne veut relancer son activité touristique. Les Allemands, Français ou Scandinaves pourraient être autorisés à venir dans le pays durant la deuxième quinzaine du mois de juin dans le cadre d'un projet "pilote", a indiqué samedi 30 mai le ministère du Tourisme.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de l'épidémie de Covid-19 en France et dans le monde

L'Espagne est la deuxième destination touristique mondiale et le tourisme y pèse 12% du PIB. Ce pays, l'un des plus touchés au monde par la pandémie de coronavirus qui y a fait plus de 27 000 morts, a entamé ces dernières semaines un prudent déconfinement par phases qui devrait s'achever fin juin ou début juillet au plus tard selon les régions.

Pas de quarantaine pour ces touristes

Samedi dernier, le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez avait annoncé que l'Espagne rouvrirait ses frontières aux touristes étrangers "à partir du mois de juillet". Pour cela, la quarantaine imposée aux personnes arrivant dans le pays depuis le 15 mai sera levée le 1er juillet.

Mais selon un porte-parole du ministère du Tourisme, l'arrivée de touristes pourrait être autorisée avant le 1er juillet dans les archipels des Baléares et des Canaries, les deux seules régions ayant demandé pour le moment à participer à ce projet "pilote".

Ce porte-parole précise que les autorités tablent sur la date du 22 juin pour commencer à recevoir des touristes d'Allemagne, de France ou des pays scandinaves car ces pays ont une situation épidémiologique meilleure ou similaire à celle de l'Espagne. Ces touristes ne seraient pas soumis à la quarantaine.

Les touristes britanniques exclus de ce projet

Les touristes britanniques, les plus nombreux à venir chaque année en Espagne, seraient en revanche exclus de ce projet pilote en raison d'une situation épidémiologique moins favorable en Grande-Bretagne.

"Nous travaillons plus avec les tour-opérateurs allemands", très présents à Majorque aux Baléares ou aux Canaries, a souligné le porte-parole du ministère qui a indiqué que le gouvernement était ouvert aux propositions d'autres régions comme l'Andalousie (sud), la Catalogne (Nord-est) ou Valence (est) si elles souhaitaient participer à ce projet pilote.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.