Infographies Covid-19 : cinq graphiques pour comprendre la situation épidémique en France

Le nombre de contaminations repart à la hausse et les nouveaux patients affluent dans les hôpitaux. Le seuil d'alerte maximum est dépassé dans 15 départements.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.

"La situation sanitaire de notre pays s'est dégradée au cours des derniers jours", a martelé le Premier ministre Jean Castex, jeudi 25 février, en conférence de presse. Une vingtaine de départements ont ainsi été placés en "surveillance renforcée" et pourraient faire l'objet de confinements locaux à partir du week-end du 6 mars.

>> Covid-19 : suivez en direct toutes les infos sur la pandémie

De fait, depuis plusieurs jours, les indicateurs de suivi de la circulation du Covid-19 se réveillent. Les courbes, qui avaient entamé une légère baisse au début du mois de février, se mettent désormais à remonter tandis que les patients continuent d'affluer dans les hôpitaux. Franceinfo fait le point sur les derniers chiffres en cinq graphiques.

Les contaminations repartent à la hausse

Depuis le 17 février, le nombre de nouveaux cas de Covid-19 recensés chaque jour augmente. Les données publiées par Santé publique France font état de près de 20 000 contaminations quotidiennes (en moyenne sur sept jours) à la date du 21 février. Ce chiffre a augmenté de 8% en une semaine. La hausse n'est pas exponentielle, c'est-à-dire qu'elle n'est pas aussi forte que celles observées pendant les phases de poussée du printemps et de l'automne. Mais ce sursaut témoigne d'un nouveau réveil épidémique.

Le taux d'incidence s'emballe dans une quinzaine de départements

La situation est en réalité très disparate selon les territoires. Le taux d'incidence, c'est-à-dire le nombre de nouveaux cas sur une semaine pour 100 000 habitants, est très élevé dans 15 départements de France métropolitaine. Il s'agit du Val-d'Oise, de l'Essonne, de l'Oise, de la Seine-et-Marne, du Nord, de Paris, du Val-de-Marne, de la Seine-Saint-Denis, du Pas-de-Calais, des Alpes-Maritimes, de la Somme, des Bouches-du-Rhône, du Var et de la Moselle.

Dans tous ces territoires, le taux d'incidence est supérieur à 250, le seuil d'alerte maximum fixé par les autorités. Le virus circule de manière particulièrement active dans les Alpes-Maritimes, où le taux d'incidence est grimpé à 600. Et il augmente fortement en Seine-Saint-Denis, qui compte désormais 318 nouveaux cas sur une semaine pour 100 000 habitants, soit presque autant que le Pas-de-Calais (352).

Le virus se propage là où les variants sont les plus présents 

Cette disparité territoriale pourrait en partie s'expliquer par la prolifération des variants plus contagieux du Sars-CoV-2. De fait, les données épidémiques montrent que le virus circule plus activement dans les territoires où les variants sont les plus présents. Franceinfo a calculé un taux d'incidence commun aux départements regroupés selon le taux de suspicion du variant identifié au Royaume-Uni mesuré le 14 février. Et il ressort que la circulation du virus est reparti à la hausse dans les territoires où celui-ci est le plus présent.

Les admissions à l'hôpital ne baissent plus

La hausse des contaminations se fait ressentir dans les hôpitaux. Plus de 25 000 patients atteints du Covid-19 sont actuellement hospitalisés. Au pic des première et deuxième vagues, ils étaient plus de 33 000 et 32 000. Les nouvelles admissions de malades à cause du coronavirus, qui avaient entamé une baisse au début du mois de février, ne diminuent plus. Le nombre d'hospitalisations quotidiennes est actuellement de 1 400 (en moyenne sur sept jours).

Des services de réanimation sous tension

Le pression hospitalière se ressent dans les services dédiés à la prise en charge des patients Covid-19 en soins critiques. Santé publique France en recense actuellement plus de 3 400, soit autant qu'à la fin du mois d'octobre lorsque le deuxième confinement était entré en vigueur. Pour mesurer le niveau de tension des hôpitaux, les autorités rapportent le nombre de malades du Covid-19 gravement atteints au nombre de places en réanimation par région. Cet indicateur est actuellement à 100% en Provence-Alpes-Côte d'Azur et il dépasse les 70% dans les Hauts-de-France, en Bourgogne-Franche-Comté, dans le Centre-Val de Loire, en Ile-de-France et en Auvergne-Rhône-Alpes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.