Cet article date de plus de deux ans.

Télécharger l'appli TousAntiCovid avant Noël : le "challenge" proposé par l'épidémiologiste Philippe Amouyel

"Télécharger l'application est un acte de responsabilité individuelle", estime l'épidémiologiste, qui insiste sur son utilité à l'approche des rassemblements familiaux de fin d'année.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'application TousAntiCovid activée sur un téléphone, le 23 octobre 2020. (DAMIEN MEYER / AFP)

"Il faut qu'on augmente" le nombre d'utilisateurs de l'application TousAntiCovid "d'ici le 24 décembre", a expliqué samedi 12 décembre sur franceinfo Philippe Amouyel, épidémiologiste, professeur de santé publique au CHU de Lille, et directeur de la Fondation Alzheimer. Il promeut l'utilisation de l'application alors qu'une gigantesque publicité en faveur de TousAntiCovid va être déployée sur la tour Montparnasse à Paris.

"Je pense qu'il faut qu'on réussisse un challenge et qu'on augmente le nombre de personnes qui l'ont téléchargée, surtout d'ici le 24 décembre, parce qu'au moment où on va avoir beaucoup de circulation, cela va être très important de l'avoir (…) Le fait de télécharger est un acte de responsabilité individuelle", insiste l'épidémiologiste Philippe Amouyel.

"20 ou 25 millions" de téléchargements pour qu'elle soit efficace

L'application TousAntiCovid qui permet de repérer des cas contacts "est un élément important de l'action de lutte contre l'épidémie", estime Philippe Amouyel. "L'intérêt de TousAntiCovid, c'est de nous alerter, c'est de faire en sorte qu'on soit attentifs. Pourquoi le virus progresse aujourd'hui ? Parce qu'on baisse la garde. On baisse la garde en famille, on baisse la garde avec les amis, on baisse la garde quand on va faire des courses ou parce qu'on a mal mis son masque..." L'appli est particulièrement utile "dans des circonstances où on rencontre du monde, en particulier des gens qu'on n'a pas l'habitude de fréquenter."

Actuellement, 10 millions de personnes ont téléchargé cette application, le gouvernement affiche l'objectif de 15 millions de téléchargements. Philippe Amouyel va plus loin : "Si on pouvait avoir 20 ou 25 millions, ça commencerait à être un outil extrêmement efficace et en avoir besoin parce qu'on sait que le virus va circuler". Il rappelle que 10 millions de téléchargements ne signifient pas 10 millions de personnes qui l'utilisent au quotidien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.