Finistère : des pharmacies signalent des ordonnances suspectes signées de médecins franciliens pour de la chloroquine

Une enquête est ouverte pour déterminer si ces ordonnances émanent bien de vrais médecins. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La croix d'une pharmacie (illustration). (ADÈLE BOSSARD / RADIOFRANCE)

Plusieurs pharmacies du Finistère ont signalé début avril à la gendarmerie avoir vu des ordonnances suspectes, signées de médecins franciliens, en vue d’obtenir de la chloroquinepotentielle remède contre le Covid-19, a appris franceinfo vendredi 10 avril auprès de la gendarmerie nationale. Le parquet de Quimper a ouvert une enquête pour suspicions d’ordonnances frauduleuses. 

>> Coronavirus : suivez en direct toutes les informations liées à la pandémie de Covid-19

Il ne s’agit que d’une poignée d’ordonnances mais elles ont paru suspectes à plusieurs pharmaciens du Finistère, qui les ont signalées aux gendarmes, dans le cadre des contacts rapprochés qu’entretiennent ces temps-ci les forces de l’ordre avec les officines, notamment dans le cadre de la prévention des violences faites aux femmes.

Des vérifications en cours 

"On nous a signalé des ordonnances un peu suspectes dans le sud Finistère, signées de professionnels de santé d’Ile-de-France, pour de la chloroquine, en automédication", a indiqué à franceinfo le colonel Nicolas Duvinage, qui commande le groupement de gendarmerie du Finistère. Les gendarmes ont fait remonter cette "poignée" de signalements au parquet, ce type d’ordonnances étant "tout à fait inhabituel", selon les pharmaciens. Les enquêteurs vont vérifier si les ordonnances émanent de véritables professionnels de santé et si elles sont justifiées.

Mais le préfet du Finistère ayant en plus pris, il y a une semaine, un arrêté pour interdire les locations saisonnières, les gendarmes vont aussi vérifier que les personnes qui ont présenté des ordonnances n’ont pas enfreint cet arrêté, en venant passer quelques jours de vacances en Bretagne depuis la région parisienne, ce qui est interdit en cette période de confinement. L’enquête est en cours.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.