Fin de la gratuité des tests Covid : "La Sécurité sociale ne peut pas continuer à dépenser un milliard par mois pour ceux qui refusent le vaccin", estime un médecin

Les tests de dépistage du Covid-19 ne seront plus gratuits en l'absence de prescription médicale à partir de la mi-octobre.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une personne passe un test PCR pour savoir si elle a contracté le Covid-19, le 31 août 2020 à Montreuil (Seine-Saint-Denis). (ALAIN JOCARD / AFP)

"La Sécurité sociale ne peut pas continuer à dépenser un milliard d'euros tous les mois pour faire des tests à des gens qui refusent le vaccin", a déclaré le médecin généraliste Luc Duquesnel, président de la branche "généralistes" de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) mercredi 11 août sur franceinfo, alors que le gouvernement a annoncé que les tests de dépistage du Covid-19 ne seront plus gratuits, sauf prescription médicale, à partir de la mi-octobre.

"Je crois qu'on ne peut pas continuer à faire plus de tests et à laisser croire aux Français qu'on va lutter contre le virus simplement en faisant des tests", a assuré le médecin, qui rappelle que "ces tests ont un coût."

"Cela pose un problème de santé publique."

Luc Duquesnel

à franceinfo

"Nous avons eu de la chance en France d'avoir ces tests remboursés", a-t-il ajouté. "En Espagne, le test RT-PCR coûte entre 75 et 150 euros. En Finlande, ça coûte 249 euros. La semaine dernière, ces tests ont coûté 150 millions d'euros, et c'est la sécurité sociale, et donc les Français qui payent."

Luc Duquesnel a terminé en expliquant que "ça coûtera beaucoup plus cher cette semaine puisqu'on voit une explosion des demandes" et que cela "pose un problème de santé publique. Est-ce que la Sécurité sociale va continuer à dépenser un milliard d'euros tous les mois pour faire des tests à des gens qui ont refusé de se faire vacciner ? Ça ne me semble pas être un bon choix."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.