Emploi : l'exécutif cherche à limiter la casse

L’Organisation internationale du travail évoque une génération de travailleurs sacrifiée après la pandémie de coronavirus. Pour amortir le choc redouté, Emmanuel Macron a présenté un nouveau dispositif de chômage partiel de longue durée.

FRANCEINFO

Les discussions ont duré près de trois heures, mercredi 24 juin, à l’Elysée entre Emmanuel Macron, ses ministres, le patronat et les différents syndicats de salariés. Il faut retenir la prolongation du régime de chômage partiel avec plusieurs niveaux d’indemnisation.

Pas d'interdiction de licencier

Un nouveau dispositif longue durée entrera en vigueur le 1er juillet et indemnisera les travailleurs à hauteur de 84% de leur salaire net. Celui mis en place au début de la crise sanitaire va diminuer à partir du 1er octobre. L’objectif affiché est à la fois d'encourager la reprise et de limiter les coûts budgétaires. Mais dans les secteurs les plus touchés comme l’aérien, que la prise en charge par l’Etat au niveau actuel est maintenue.

La CGT et FO sont en colère, car aucun système n’existe pour interdire la suppression de l’emploi d’un salarié à la fin de sa période de chômage. Enfin, toujours pas d’accord sur l’assurance chômage, l’emploi des jeunes et les travailleurs détachés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président de la République Emmanuel Macron, accompagné du Premier ministre Edouard Philippe (à gauche) et du ministre de l\'économie, Bruno Le Maire, s\'adresse aux partenaires sociaux lors d\'une réunion à l\'Elysée, mercredi 24 juin 2020. 
Le président de la République Emmanuel Macron, accompagné du Premier ministre Edouard Philippe (à gauche) et du ministre de l'économie, Bruno Le Maire, s'adresse aux partenaires sociaux lors d'une réunion à l'Elysée, mercredi 24 juin 2020.  (AFP)