Décrocheurs : l'Éducation nationale a perdu le contact avec 4% des élèves en moyenne à la fin du confinement, indique Jean-Michel Blanquer

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale, s'inquiète vendredi sur franceinfo de ce qu'il juge être un "problème mondial" et pas uniquement français.

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l\'Education nationale, le 29 mai 2020 sur franceinfo.
Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale, le 29 mai 2020 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"Chaque enfant qui ne va pas à l'école, c'est un échec" pour l'Éducation nationale "et chaque enfant qui va à l'école, c'est une réussite", déclare le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer vendredi 29 mai sur franceinfo en reconnaissant que l'Éducation nationale avait perdu le contact avec 4% des élèves en moyenne à la fin du confinement - contre 8% au début - soit 500 000 personnes environ sur 12 millions.

>> Coronavirus : dans les écoles, le protocole sanitaire ne sera pas allégé en juin, annonce Jean-Michel Blanquer

Jean-Michel Blanquer s'inquiète de ce qu'il juge être un "problème mondial" et pas uniquement français : "Il faut se rendre compte de la dimension catastrophique de la déscolarisation de dizaines de millions d'enfants dans le monde entier, et même de centaines de millions. C'est un sujet qui me préoccupe, même à une échelle européenne et mondiale."

Il ne faut pas avoir les yeux centrés uniquement sur nous, car ça prépare d'éventuelles catastrophes futures quant au décrochage tout simplement de la société.Jean-Michel Blanquerà franceinfo

Le ministre estime que, "dans le cadre français, nous avons fait plutôt mieux que les autres pays" - où il y a jusqu'à 10 ou 15% de décrochage selon lui - mais "ne minimise pas" les problèmes hexagonaux. Il estime aussi que "l'enseignement a distance a été plutôt mieux réussi en France qu'ailleurs" grâce au Cned (Centre national d'enseignement à distance), car "le système 'Ma classe à la maison' a regroupé 2,8 millions de foyers".

"Nous avons une urgence sociale de ce point de vue-là", concède-t-il en précisant les différents dispositifs mis en place pour les décrocheurs, comme le rattrapage scolaire, le soutien scolaire gratuit pendant les vacances d'été, des "vacances apprenantes" et un "été pro" pour que des lycées professionnels puissent être ouvrir pendant l'été pour des ateliers.