Stations de ski : l'accès aux remontées mécaniques autorisé aux professionnels et aux mineurs licenciés au sein d'un club

Le décret est paru au Journal Officiel et entre en vigueur immédiatement. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La station de ski de la Quillane dans les Pyrénées-Orientales.  (SÉBASTIEN BERRIOT / FRANCE-BLEU ROUSSILLON)

Un décret publié samedi 5 décembre au Journal Officiel autorise l'accès aux remontées mécaniques pour les "mineurs licenciés au sein d'une association sportive affiliée à la Fédération française de ski" et les "professionnels dans l'exercice de leur activité", rapporte France Bleu Pays de Savoie. Le décret spécifie que cette mesure entre en vigueur immédiatement. 

"Une bonne chose"

"Jusqu'à maintenant, les jeunes athlètes des clubs listés PPF, globalement les jeunes espoirs, formés en vue d'une carrière professionnelle, avaient la possibilité de skier. Il semblerait qu'à travers ce décret, ce soit l'ensemble des jeunes licenciés qui puissent pratiquer", a analysé Stéphane Deloche, le président du ski club du Grand-Bornand en Haute-Savoie, au micro de France Bleu Pays de Savoie. "On ne va pas cracher dans la soupe, ça peut être une bonne chose. Mais j'émets des réserves. J'attends de voir ce qu'on va vraiment avoir la possibilité de faire."

"Encore faut-il maintenant se mettre en accord avec les stations, pour qu'elles puissent ouvrir une remontée dédiée à la pratique de la compétition", poursuit Stéphane Deloche. Le directeur d'école de ski s'interroge : "Le Premier ministre nous a donné un rendez-vous le 11 décembre pour nous faire des annonces sur toutes les possibilités qu'on aura. Avec ce décret qui sort là, est-ce qu'il n'y a pas quelque chose de caché ?"

Environ 700 manifestants, élus locaux, moniteurs, saisonniers, restaurateurs en station, ont défilé samedi matin à Chambéry pour réclamer l'ouverture des remontées mécaniques. "Pour les clubs, c'est très bien honnêtement. Il faut qu'il y ait un suivi pour ces enfants, qu'ils soient au même niveau que les autres partout en Europe. Mais ce qu'on souhaite, c'est que tout ouvre ! Ce n'est pas en ouvrant les clubs qu'on va pouvoir sauver les stations de ski", a estimé Pierrick, moniteur de l'ESF de la Toussuire, en Savoie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.