"On voit que l’interaction sociale est très importante" : à Villeurbanne, la cellule de tracing du coronavirus doit rechercher des milliers de cas contacts

Les gestes barrières ne sont pas toujours respectés lors des rassemblements familiaux. La plateforme de l'Assurance maladie du Rhône observe une multiplication des cas contacts, passant de deux personnes en moyenne à plus de dix actuellement.

Une plateforme de \"contcat tracing\" de la Caisse primaire d\'Assurance maladie du Bas-Rhin à Strasbourg.
Une plateforme de "contcat tracing" de la Caisse primaire d'Assurance maladie du Bas-Rhin à Strasbourg. (FREDERICK FLORIN / AFP)

L'Agence régionale de santé (ARS) d' Auvergne-Rhône-Alpes a entamé, jeudi 23 varil, une campagne de dépistage du Covid-19 en Haute-Savoie, après la découverte d'un cluster probablement apparu lors d'un rassemblement familial à Annecy le 14 juillet. Ces rassemblements familiaux font monter en flèche les risques de contamination et rendent le traçage bien plus compliqué. À l'Assurance maladie du Rhône, la cellule chargée de prévenir les cas contact ou les malades, est particulièrement sollicitée.

Rappeler ou trouver ces personnes que les malades ont croisées lors d'une réunion de famille

"Il semblerait que vous ayez été en contact avec une personne contaminée à Villeurbanne.", annonce au téléphone Aurélie, opératrice de la plateforme "contact tracing Covid-19" de la Caisse d'assurance maladie du Rhône (CPAM) de Villeurbanne, à un allocataire. "Pouvez-vous me communiquer votre numéro de sécurité sociale?", poursuit la jeune femme, qui fait partie de la cellule "appels sortants". Elle est chargée de contacter les personnes ayant contracté le virus et les cas contacts.

Sur un tableau dans l'open space est inscrit au stylo le nombre d'appels restants à passer à différentes heures de la journée. "Quarante personnes à peu près dans le Rhône à avoir au téléphone, indique Maxime Beltier, le coordinateur de la plateforme. Des personnes qu'on a à contacter, à rappeler ou à trouver." Ce chiffre ne cesse d'augmenter depuis début juillet selon lui.

En moyenne, on avait commencé à deux ou trois cas contacts par personne. Et là, on est passés à plus de 10 cas contacts en moyenne. On voit que l''interaction sociale est très importante.Maxime Beltier, coordinateur de la plateforme "contact tracing" du Rhôneà franceinfo

Aurélie, l'opératrice, confirme :"Pas mal de contacts par la sphère familiale, des regroupements familiaux et des personnes qui n'avaient pas forcément respecté les gestes barrières au moment du repas familial ou mariage. Et du coup, on a beaucoup plus de contacts de ce côté." Et c'est la même chose pour les appels entrants dans le bureau d'en face, où travaille Frédérique. "On ressent effectivement tous les jours qu'il y a vraiment plus d'appels. Soit des personnes qui nous rappellent parce qu'on a essayé de les contacter pour faire des enquêtes sanitaires, ou alors ceux qu'on appelle 'les cas zéro', qui nous rappellent pour rajouter des personnes sur leurs cas contacts." 

Plus de 1 000 malades et 5 400 cas contacts appelés par la cellule

C'est également l'Assurance maladie qui collecte les résultats des tests, qui sont ensuite classés par code postal. "C'est tout un ensemble de batterie d'indicateurs qui est suivi vraiment en temps réel par le ministère pour aller faire des dépistages un peu plus 'populationnels', un peu plus massif, explique Maxime Beltier. C'est aussi lié aux capacités de réanimation ou d'hospitalisation, le nombre de personnes qu'on a vues, que SOS Médecins a vues, les personnes passées aux urgences."

Le seuil d'alerte se situe entre 10 et 15 cas pour 100 000 habitants dans le Rhône. Le taux d'incidence est actuellement de 5,5, mais il est en augmentation. "On a un taux d'incidence dans le Rhône, qui a doublé quasiment en trois semaines. On est en train de se poser des questions sur certaines communes qu'on essaye de cibler géographiquement par rapport à notre outil.", s'inquiète Maxime Beltier. En trois mois, la plateforme "contact tracing" du Rhône a appelé plus de 1 000 malades du coronavirus et près de 5 400 cas contacts.

Avec la cellule de "contact tracing" à Villeurbanne : écoutez le reportage d'Alexandre Berthaud
--'--
--'--