DIRECT. Covid-19 : la reprise du sport en intérieur n'est "pas conditionnée" par un masque sportif, annonce Maracineanu

Le masque barrière sportif "est désormais disponible" et sera prochainement mis sur le marché, a précisé la ministre des Sports.

La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, lors d\'une cérémonie en amont des Jeux olympiques de Tokyo, le 14 avril 2021 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).
La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, lors d'une cérémonie en amont des Jeux olympiques de Tokyo, le 14 avril 2021 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). (MILLEREAU PHILIPPE / KMSP / AFP)
Ce qu'il faut savoir

La ministre des Sports a précisé, jeudi 6 mai, que la reprise du sport en intérieur, en particulier dans les salles de sport, n'était pas conditionnée par le port d'un masque sportif dont des exemplaires vont prochainement être mis sur le marché. "Ce ne sera pas une contrainte de réouverture mais une protection souhaitée", a affirmé Roxana Maracineanu lors d'une audition devant la commission des Affaires culturelles de l'Assemblée nationale. Une norme Afnor a été mise au point pour des masques barrière contre le Covid-19 destinés à la pratique sportive et plusieurs industriels en ont lancé la fabrication. Suivez notre direct.

Deux cents millions de doses de vaccins ont été livrées à l'UE, a annoncé Ursula von der Leyen sur Twitter. La présidente de la Commission européenne a également indiqué que 200 millions de doses avaient été envoyées au reste du monde. "L'ouverture et la justice sont la marque de fabrique de l'Europe, a déclaré la cheffe de l'exécutif européen. Nous sommes la pharmacie du monde. Et nous en sommes fiers."

 Emmanuel Macron "tout à fait favorable à ce que la propriété intellectuelle soit levée" sur les vaccins. Les commentaires du chef de l'Etat interviennent au lendemain de l'annonce en ce sens du président américain Joe Biden. "Oui, nous devons évidemment faire de ce vaccin un bien public mondial", a expliqué le président de la République en inaugurant le premier grand vaccinodrome à Paris. 

 La vaccination ouverte aux plus de 50 ans à partir du lundi 10 mai. C'est Emmanuel Macron, en visite ce jeudi dans le premier vaccinodrome parisien, installé au Parc des expositions de la porte de Versailles, qui en a fait l'annonce. Le chef de l'Etat a également indiqué que tous les majeurs pourront prendre rendez-vous si des doses de vaccin sont disponibles la veille pour le lendemain sur le site Doctolib, à partir du mercredi 12 mai.

 Les 16-17 ans atteints de certains maladies graves peuvent être vaccinés. Les personnes de 16 et 17 ans souffrant d’une "pathologie à très haut risque de forme grave" sont autorisées, à compter de jeudi, à se faire vacciner "avec le vaccin Pfizer-BioNTech", annonce une nouvelle directive de la direction générale de la santé. La liste des personnes concernées est d'ores et déjà disponible.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #COVID_19

22h57 : Si les pays africains peinent à administrer les premières doses reçues, c'est souvent par manque de préparation, d'infrastructures et de communication. Mais certains Etats montrent l'exemple, comme le Ghana, l'Angola, Maurice ou le Rwanda, comme nous l'expliquions lundi dans cet article.




(NIPAH DENNIS / AFP)

22h54 : L'OMS interpelle également les Etats africains, qui n'ont à ce stade administré que "la moitié" des doses reçues (voire "moins d'un quart" dans neuf pays). "Si nous appelons à l'équité en matière de vaccins, l'Afrique doit aussi se retrousser les manches et tirer le meilleur parti de ce que nous avons", réclame-t-elle.

22h50 : Le bureau africain de l'OMS juge "élevé" le "risque d'une nouvelle vague d'infections" sur le continent, du fait du "report de livraison" de doses fabriquées en Inde ainsi que "de la lenteur du déploiement des vaccins et de l'apparition de nouveaux variants".

22h54 : Pendant ce temps, en Afrique, les vaccinations se font désespérément attendre. "Le continent africain ne représente plus que 1% des doses de vaccin administrées dans le monde, contre 2% il y a quelques semaines", s'alarme le bureau régional de l'Organisation mondiale de la santé.

22h43 : Plus tôt sur notre antenne, l'économiste Benjamin Coriat avait souligné que, "dans le cas des vaccins, disposer de la formule ne suffit pas" à pouvoir les produire. Il faudrait également que les laboratoires acceptent de "coopérer et de livrer leur recette", explique ce spécialiste des brevets.



22h35 : "Ce qui aiderait aujourd'hui (l'accélération de la vaccination dans le monde), c'est que les Etats-Unis autorisent l'export des vaccins."

Sur notre antenne, le dirigeant du groupe américain souligne que "les Etats-Unis ont énormément de doses de vaccins, plus qu'ils n'en ont besoin", avec "plein d'endroits où il y a plein de vaccins qui ne sont plus utilisés".





22h33 : Le patron de Moderna estime que le débat sur la suspension provisoire de la propriété intellectuelle est "une discussion qui n'a pas beaucoup de sens et qui met un précédent très dangereux pour l'innovation future médicale à travers le monde". Cette mesure n'aurait guère d'effets productifs, selon lui, car la mise en place de la production prendrait "des années".

22h29 : La levée des brevets est-elle une fausse bonne idée pour booster la production mondiale de vaccins ? C'est ce qu'affirme, sur franceinfo, le PDG de Moderna, le Français Stéphane Bancel. "Il n'y aura pas une dose de vaccin en plus à cause de cette action au niveau des brevets", estime-t-il, et même "moins de doses".

22h21 : La plus haute juridiction administrative justifie son refus par la situation sanitaire encore "préoccupante" et relève que le gouvernement a déjà fait un pas en autorisant, pendant le ramadan, "l'ouverture des mosquées dès la première prière du matin", qui débute avant 6 heures.

22h15 : Les musulmans ne pourront pas célébrer la "nuit du destin" comme en temps normal. Le Conseil d'Etat a rejeté la demande de la Mosquée de Paris de pouvoir laisser ouvertes les mosquées une partie de la nuit de samedi à dimanche prochains pour ce rite du mois de jeûne du ramadan.

21h50 : #ONVOUSREPOND @Mamie Cocotte : Pour rappel, nous proposons à tous nos internautes de suivre les principaux indicateurs dans notre "tableau de bord" de l'épidémie, qui contient une quinzaine d'infographies régulièrement mises à jour, dont celle-ci.

21h45 : #ONVOUSREPOND @Mamie Cocotte : Ces dernières 24 heures, la maladie a emporté 229 patients hospitalisés supplémentaires, portant le bilan à 105 850 morts. Cela ne fait que quelques jours que le nombre moyen de décès quotidiens a commencé à reculer nettement.

21h45 : #ONVOUSREPOND Sauf erreur de ma part, je n'ai pas trouvé le nombre de décès ces derniers jours. Merci.

21h38 : @Pfff! : La portée réelle de cette annonce reste aussi à déterminer. "Pour les deux semaines qui viennent, on n'a aucun rendez-vous de libre", prévient ainsi le coordinateur de huit centres de vaccination en Mayenne, Luc Duquesnel. Les petits centres comme les siens "envient un peu les centres qui se voient attribuer des doses de façon très importante", glisse-t-il au passage.

21h34 : @Pfff! : L'annonce d'Emmanuel Macron pose en effet de nombreuses questions, auxquelles on espère avoir des réponses dans les prochains jours. Selon nos informations, l'exécutif travaille actuellement avec les plateformes de réservation à la mise en place d'un système parallèle qui permettrait au public non prioritaire de réserver ces fameux créneaux de dernière minute.

21h33 : Bonsoir FI, Je ne vois pas comment les centres de vaccination vont vérifier si le rdv pris par des personnes non éligibles a bien été pris la veille ! Sur le compte DOCTOLIB rien ne montre quand le clic a été fait. De plus, certains centres devront revoir leur copie comme à Arles où la prise de rdv n'est pas possible 72h à 1 semaine avant. Impossible de cliquer même si le créneau apparaît !

20h31 : L'accélération de la vaccination est surtout portée par les injections du vaccin Pfizer/BioNTech, à la courbe de plus en plus pentue, tandis que les injections des autres vaccins ressemblent davantage à un faux-plat ascendant.

20h26 : Nouvelle donnée encourageante dans la lutte contre la pandémie : le nombre moyen de premières injections chaque jour est désormais le plus élevé jamais enregistré dans le pays depuis le début de la campagne.



20h22 : La moyenne des nouveaux cas quotidiens passe sous la barre des 20 000, entraînant dans son sillage un taux d'incidence lui aussi au recul.



20h18 : Une même tendance à la baisse est observée sur l'ensemble des hospitalisations : le total de patients atteints du Covid-19 s'élève désormais à 26 985, contre 27 686 hier. Le nombre moyen de nouveaux malades accueillis chaque jour s'approche des niveaux de janvier.

20h16 : @Jean : Si, si, rassurez-vous, les voilà. On commence par la situation en réanimation, qui continue de s'améliorer. Santé publique France a recensé 5 231 patients dans ces services aujourd'hui, contre 5 402 hier. Comme toujours, on y voit plus clair avec un graphique.

20h15 : Bonsoir. Pas de chiffres covid ce soir ? Merci et bonne soirée

20h11 : Un petit coup d'œil au menu ? Voici les titres de l'actualité de ce jeudi soir :

• L'exécutif a annoncé une nouvelle étape de la campagne de vaccination, désormais ouverte aux mineurs de 16 et 17 ans atteints de certaines maladies et, dès lundi, aux plus de 50 ans. A partir de mercredi, les majeurs non prioritaires pourront profiter de créneaux non réservés.

• Pour accélérer la vaccination à l'échelle mondiale, Emmanuel Macron s'est dit "favorable à la levée de la propriété intellectuelle" sur les brevets, une démarche relancée par les Etats-Unis qui permettrait à d'autres laboratoires de produire les vaccins. L'Allemagne émet, elle, des réserves.

• Après l'imbroglio autour du rapprochement de Renaud Muselier avec LREM, le maire de Nice, Christian Estrosi, annonce son départ des Républicains. Il déplore "la dérive d'une faction qui semble avoir pris en otage la direction du parti" pour faire capoter le projet d'alliance.

• Une femme soupçonnée d'avoir été sur les lieux du drame a été placée en garde à vue dans l'enquête sur la mort d'un policier, hier, à Avignon. Le meurtrier est toujours en fuite, a précisé le procureur de la République d'Avignon, cet après-midi.

19h04 : Vous avez du mal à y voir clair dans ce débat montant sur les brevets des vaccins ? Nous vous proposons des clés de compréhension dans cet article structuré en cinq questions, cinq réponses.



(JOAO PAULO GUIMARAES / AFP)

19h01 : "On est face à une pandémie mondiale. La question est de savoir si on maximise les profits de quelques entreprises pour qu'ensuite ces vaccins ne servent à rien parce qu'il y aura des variants résistants..."

Sur notre antenne, Cécile Duflot estime que les vaccins anti-Covid sont des "biens publics mondiaux", d'où son soutien à la demande de levée des brevets.

18h54 : Le PDG de l'entreprise américaine Pfizer n'est lui "pas du tout" en faveur d'une suspension temporaire des brevets des vaccins. Albert Bourla estime que la production de son vaccin par d'autres entreprises risquerait de "réduire le nombre de doses" total, en raison notamment des difficultés d'accès aux matières premières.

18h56 : Lever les brevets sur les vaccins ? L'Allemagne exprime ses réserves à l'égard de la proposition soutenue par les Etats-Unis en ce sens. "La protection de la propriété intellectuelle est la source de l'innovation et doit continuer à l'avenir à le rester", réagit Berlin.

18h35 : @miketours : Les vacanciers pourront-ils vraiment se faire vacciner sur leur lieu de villégiature ? Le ministère de la Santé pointe une difficulté principale : pouvoir ouvrir suffisamment de centres de vaccination et trouver du personnel soignant et administratif pendant l'été.

18h33 : @miketours : Bonsoir. La réflexion sur le sujet est encore naissante mais sachez que le gouvernement envisage d'allouer davantage de doses aux zones touristiques cet été, afin d'éviter notamment aux Français un aller-retour vers le lieu où a eu lieu leur première injection.

18h33 : Bonjour. Je n'ai pas encore trouvé de centre de vaccination et pourtant je pars vers le 15 juin. Pourrais-je me faire vacciner avec la 2ème dose sur mon lieu de vacances ?

18h27 : Vous n'êtes pas prioritaire pour la vaccination et vous espérez bientôt pouvoir profiter en dernière minute de rendez-vous n'ayant pas trouvé preneurs ? Doctolib détaille la portée de l'annonce d'Emmanuel Macron en ce sens : "Sur les derniers jours, il y a à peu près 25 000 rendez-vous la veille pour le lendemain et qui sont tous pris. Pour l'instant, dans les centres, il n'y a pas de rendez-vous non pris."

18h26 : Voici le point sur l'actualité à 18 heures :

• La France accélère sa campagne vaccinale. Tous les plus de 50 ans pourront prendre rendez-vous pour se faire vacciner contre le Covid-19 dès lundi plutôt que le 15 mai. A partir de mercredi, tous les majeurs pourront par ailleurs prendre rendez-vous via Doctolib si des doses de vaccin sont disponibles près de chez eux la veille pour le lendemain, a annoncé Emmanuel Macron.

Tensions autour de Jersey. Une cinquantaine de bateaux de pêche ont protesté dans le calme et sous la surveillance de la Royal Navy, ce matin devant l'île anglo-normande de Jersey, contre les conditions de pêche imposées aux marins français après le Brexit, avant de regagner leurs ports en début d'après-midi.

• Une femme soupçonnée d'avoir été sur les lieux du drame a été placée en garde à vue dans l'enquête sur la mort d'un policier à Avignon (Vaucluse), hier, a appris franceinfo de source proche de l'enquête. Elle est suspectée d'être la cliente du dealer qui a tiré sur le fonctionnaire de police lors du contrôle avant de prendre la fuite. Alors qu'il est toujours en fuite, la qualification de "meurtre" a été retenue contre l'auteur des coups de feu mortels, a précisé le procureur de la République d'Avignon cet après-midi.

Lors d'un point presse, la procureure de la République de Bordeaux a précisé quelques points concernant le profil de l'auteur du féminicide survenu mardi. Mounir B. a notamment sept condamnations à son casier judiciaire. Voici ce que l'ont sait de cette affaire.

17h52 : Bonjour @Onnousoubli. Vous avez raison de pointer l'allègement des mesures à La Réunion. Après deux mois de couvre-feu, le préfet Jacques Billant a décidé de diminuer les mesures sanitaires de lutte contre le Covid-19 dans l’île. C’est ce qu’il a annoncé aux maires lors de leur réunion hebdomadaire sur la crise sanitaire, avant de préciser sa feuille de route dans un communiqué. Retrouvez tous les éléments dans notre article.

17h51 : Aucune info sur les mesures annoncées par le préfet à La Réunion ?

17h43 : La Suède a dépassé aujourd'hui la barre symbolique du million de cas détectés de Covid-19 alors que le pays, qui a mené une stratégie moins stricte contre le virus, est actuellement en deuxième position des nouvelles contaminations en Europe.

Avec 1 002 121 cas de coronavirus enregistrés depuis le début de l'épidémie, le pays scandinave se rapproche des 10% de la population ayant contracté le virus (9,85%), selon les données officielles compilées par l'AFP.
(TT NEWS AGENCY VIA AFP)

17h26 : Bonjour @Vaccin. Ces troisièmes doses sont pour les personnes "sévèrement immunodéprimées", précise le ministère de la Santé. Il s'agit des transplantés d’organes solides, transplantés récents demoelle osseuse récents, patients dialysés, patients atteints de maladies auto-immunes soustraitement immunosuppresseur fort de type anti-CD20 ou anti-métabolites. Il recommande cette troisième dose "4 semaines aprèsla deuxième dose, ou dès que possible pour les personnes qui auraient déjà dépassé ce délai. "

17h26 : Bonjour à toute l'équipe. Je cherche désespérément un rdv de vaccination (1ère injection). Dur dur aujourd'hui. Mais voilà qu'apparaissent sur Doctolib des rdv pour des 3èmes injections ?? En savez-vous plus ?

17h02 : Le secrétaire d'Etat chargé de la Transition numérique, Cédric O, avait déclaré hier devant les sénateurs que la levée des brevets était sans doute "une fausse bonne idée" pour accroître la production des vaccins pour les pays du Sud.

16h57 : "Les brevets ne sont pas le facteur limitant la production ou l'approvisionnement de notre vaccin. Ils n'augmenteraient pas la production mondiale ou l'approvisionnement de doses de vaccins dans le court et moyen terme", a déclaré à l'AFP le laboratoire BioNTech après que les Etats-Unis, l'Allemagne, la France et la Russie se sont déclarés favorables à la levée des brevets.

15h53 : Cette "stratégie", via des soutiens financiers à la recherche et des assouplissements réglementaires, doit permettre d'"autoriser trois nouveaux traitements contre le Covid-19 d'ici octobre 2021 et éventuellement deux autres d'ici la fin de l'année", précise la Commission européenne.

16h04 : L'UE a dévoilé des dispositions pour encourager le développement de traitements contre le Covid-19, notamment les symptômes persistants et handicapants des "Covids longs", en vue d'autoriser jusqu'à cinq nouveaux traitements "efficaces" d'ici la fin de l'année.

15h46 : Bonjour @Matou06 et merci pour votre question. Selon les données fournies par le gouvernement, la France attend le 9 mai prochain 386 400 doses du vaccin Janssen. Avec les précédentes livraisons du 25 avril et du 2 mai, la France aura donc reçu au total 799 200 doses de ce produit depuis la fin du mois d'avril.

15h46 : Bonjour Charles Edouard, quelles sont les livraisons prévues du vaccin Jansen en France ?

15h47 : Le secteur de l'édition, comme l'ensemble du monde culturel, est bouleversé par la crise sanitaire. Cela n'a pas empêché certains de se lancer dans l'aventure, malgré les risques financiers et la difficulté de se faire connaître. Lisez et écoutez ce reportage de notre journaliste qui part à la rencontre de quelques-uns d'entre eux.
Illustration librairie. (LOIC VENANCE / AFP)
(LOIC VENANCE / AFP)

15h19 : Un de plus. Après la France et l'Allemagne, le président russe Vladimir Poutine s'est dit lui aussi favorable à l'idée de lever les brevets sur les vaccins contre le Covid-19, après une proposition américaine en ce sens afin d'accélérer leur production et leur distribution mondiale.

"Bien sûr, la Russie soutiendrait une telle approche", a affirmé Vladimir Poutine pendant une réunion sur la pandémie retransmise à la télévision, demandant au gouvernement russe d'y travailler.

15h06 : La Russie a annoncé aujourd'hui l'homologation d'une version "light" de son vaccin, le Spoutnik V, qui s'administre en une seule dose contre deux pour sa version de base. Selon le Fonds russe des investissements directs (RDIF), qui finance le développement du vaccin, le Spoutnik Light affiche une efficacité de 79,4%, contre 91,6% pour sa version en deux doses.

15h01 : Ainsi 78% des quelque 3 000 professionnels, restaurateurs, hôteliers, patrons de cafés, traiteurs (90% d'indépendants) interrogés en février-mars lors d'une enquête en ligne par la société de conseil Akto, commandée par les organisations patronales du secteur, anticipent une baisse de "plus de 50%" de leur chiffre d'affaires en 2021.

14h48 : Dans l'hôtellerie-restauration, près de huit professionnels sur dix anticipent une "activité ralentie", au moins divisée par deux en 2021 comparé à l'avant-Covid-19, et tablent sur une clientèle locale, tandis qu'un sur trois s'inquiète du retour de ses salariés, selon une étude.