Déconfinement : le vélo comme solution alternative pour éviter les transports en commun

Avec cette crise, les habitudes des Français pourraient changer. Un secteur déjà en voit les effets positifs : celui du vélo. La crainte d’utiliser les transports en commun accentue encore l’enthousiasme des Français pour la bicyclette.

France 2

Le dernier achat de Catherine Lacassagne se niche au fond de son garage : son nouveau vélo électrique. En temps normal, elle va au travail en RER, mais hors de question de le reprendre après le déconfinement. Elle parcourera 26 kilomètres tous les jours. "Je serai au moins sûr d’avoir la distanciation sociale recommandée, et de ne pas être serrée dans les transports. Me retrouver complètement confinée dans les transports, ça me stresse un peu actuellement", explique-t-elle.

Une demande croissante

Comme elle, d’autres ont franchi le pas. Un vendeur expérimenté le constate : expérimentés ou novices, la demande est là. Tous cherchent à s’équiper au plus vite. Un investissement qui a un coût : entre 1 000 et 3 000 euros selon le modèle de vélo électrique. Pour autant, les ventes s’accélèrent depuis 10 jours.

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des cyclistes font du vélo à Londres le 9 avril 2020.
Des cyclistes font du vélo à Londres le 9 avril 2020. (ISABEL INFANTES / AFP)