Covid-19, urgence climatique : les Français jugent sévèrement le travail des médias

Publié
Durée de la vidéo : 8 min.
viavoice
FRANCEINFO
Article rédigé par
C. Giroud, S. Khaldoun - franceinfo
France Télévisions

Réalisé par Viavoice, le 6e baromètre des ​Assises internationales du journalisme a été publié samedi 25 septembre. Stewart Chau, consultant en stratégie chez l'institut de sondage, est invité à le commenter, samedi soir sur franceinfo.

Le sondage Viavoice pour les ​Assises internationales du journalisme, qui auront lieu du 29 octobre au 1er novembre, examine plusieurs sujets d'actualité. 60% des Français jugent la place accordée par les médias à la pandémie de Covid-19 trop importante. Les Français estiment son traitement excessif et anxiogène à 45% et catastrophiste à 33%. 36% jugent même cette information inutile.

"Le bilan d'un an et demi de traitement de la crise sanitaire est plutôt sévère. Le catastrophisme semble intéressant puisque les Français pensent que l'information délivrée n'était pas en phase avec leur quotidien. Ils n'ont pas jugé l'outil assez utile pour lutter contre l'épidémie", commente Stewart Chau, consultant en stratégie chez Viavoice, sur franceinfo samedi 25 septembre.

Des solutions plutôt que du sensationnel

À 61%, les Français se sentent suffisamment informés sur l'urgence climatique. Mais seulement 11% considèrent qu'ils sont totalement informés. Par tranche d'âge, 48% des 18-24 ans ne se sentent pas bien informés. Concernant son traitement, 35% le jugent anxiogène et 25% moralisant. À 51%, ils espèrent une information constructive et porteuse de solutions.

"Les Français attendent très clairement un journalisme utile, une information de construction, de solutions​, pas émotionnelle​ et sensationnelle​. Ce n'est pas une défiance envers le journalisme, mais une exigence très forte", conclut Stewart Chau sur l'analyse du 6e baromètre pour les ​Assises internationales du journalisme réalisé par Viavoice.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.