Covid-19 : une étude établit que, parmi les diabétiques, ceux de type 1 ont moins de risques de complications

La prise d'insuline n'a aucune incidence sur la maladie liée au coronavirus, confirme également l'étude Coronado, menée par le CHU de Nantes.

Le CHU de Nantes (Loire-Atlantique).
Le CHU de Nantes (Loire-Atlantique). (ANNE BRUNEL / SERVICE INVESTIGATION)

Les diabétiques sont particulièrement exposés aux complications liées au coronavirus Covid-19. Mais ceux hospitalisés à cause du virus sont rarement des diabétiques de type 1, d’après les résultats d’une étude menée par le CHU de Nantes, dont France Inter a consulté les premiers résultats. L’étude Coronado établit aussi que les diabétiques ont un risque aggravé quand ils sont âgés et en surpoids et que les traitements du diabète n’ont pas d’influence sur le pronostic. Les chercheurs ont analysé le profil et le parcours de 1 317 patients diabétiques de tous âges hospitalisés en mars dans 68 établissements de santé en France.

Les diabétiques de type 1 sont en général diagnostiqués dès l’enfance et doivent toute leur vie s’administrer de l’insuline. Le professeur Samy Hadjadj, le diabétologue qui préside le conseil scientifique de l’étude Coronado, explique que le coronavirus "est un vrai sujet pour eux. On est harcelés d’appels de la part de personnes diabétiques de type 1 qui nous demandent si, avec le déconfinement, ils peuvent retourner travailler ou non".

L'âge et le surpoids sont des facteurs aggravants

Le deuxième enseignement de l'étude Coronado est que, comme le reste de la population, les diabétiques ont un risque aggravé quand ils sont âgés et en surpoids. Ce risque est d’autant plus aggravé s’ils souffrent aussi d’atteintes vasculaires associées à leur pathologie, comme des atteintes aux reins, aux nerfs à la rétine. Dans ce cas, le risque de décès est multiplié par deux.

L’étude va se poursuivre avec une observation plus longue des patients hospitalisés, notamment une fois qu’ils ont regagné leur domicile. Dans ces premiers résultats, 18% des patients diabétiques étaient rentrés chez eux sept jours après leur admission à l’hôpital.