Covid-19 : une épidémie "un peu bizarre" qui "démarre dans des petits villages", s'étonne un médecin dans le Morbihan

Eric Henry s'étonne de voir le coronavirus frapper des petites communes alors que les grandes villes semblent pour l'instant plus préservées selon lui. 

Un panneau a l\'entrée d\'un supermarché à Crac\'h en Bretagne. 
Un panneau a l'entrée d'un supermarché à Crac'h en Bretagne.  (THIERRY CREUX / MAXPPP)

Le docteur Eric Henry, médecin généraliste à Auray dans le Morbihan où plusieurs cas de coronavirus ont été détectés, a jugé mardi 3 mars sur franceinfo que l'épidémie était "un peu bizarre". L'Agence régionale de santé et l'académie de Rennes a fait état lundi soir de 12 cas avérés de coronavirus Covid-19 dans le Morbihan : "Ce qui est étonnant, c'est que ça démarre dans des petits villages, loin des grandes métropoles", a déclaré le docteur Henry.

franceinfo : Vous avez été nommé médecin ARS pour vous occuper des patients infectés dans votre commune. Quel est votre rôle ?

Eric Henry : La problématique, c'est que je ne suis pas convaincu de l'avoir été puisque ce sont des DRH d'entreprises qui ont distribué des listes de médecins agréés. Pour l'instant, je vais vérifier que je suis bien médecin ARS. J'ai appelé parce qu'il y a un numéro d'écoute, mais à 18h30 la plateforme ferme. Je trouve fort de café que les plateformes en pleine épidémie ouvrent de 8h à 18h30, alors que tous les gens qui travaillent et qui rentrent chez eux aimeraient bien avoir des nouvelles. Cette plateforme devrait être 24 heures sur 24.

Il y a un problème d'organisation ?

Il faut être honnête, c'est compliqué. Moi, j'étais de régulation dimanche soir. J'ai appris qu'il y avait un cas en réanimation à Vannes et qu'il y avait deux cas en étude. Le lendemain, on découvre qu'il y en a 14 qui sont positifs au coronavirus [12 cas avérés lundi soir dans le Morbihan selon la préfecture]. Je pense que tout le monde avance à la vitesse où il voit les choses arriver. Il faut être honnête, c'est assez compliqué à mettre en place parce que c'est une épidémie nouvelle. Ce n'est pas la même que la grippe. Ce n'est pas la même que le H1N1, qu'on a connu il y a plus d'une dizaine d'années. C'est encore une nouvelle épidémie. Il va falloir s'habituer à voir des épidémies qui arrivent puisque les gens voyagent en avion. Les bateaux sont des réservoirs de coronavirus très, très puissants. Ce qui est étonnant, c'est que ça démarre dans des petits villages, loin des grandes métropoles. Ça nous interpelle. On est peu d'habitants à habiter à Crac'h en hiver. Et ça tombe sur la campagne alors qu’il y a plein d'avions qui arrivent à Paris, plein à Marseille, plein à Nantes, etc. Cette épidémie est un peu bizarre.

Est-ce que vous avez plus de consultations ?

Non. On a de grosses inquiétudes téléphoniques. On a plein de questions de gens qui disent : 'Qu'est-ce qu'on fait ? On reste à domicile?' Je rappelle que dans la zone où nous sommes à Auray, où nous avons un 'cluster', c'est-à-dire trois cas différents dans trois familles différentes, les gens qui sont atteints de fièvre à 39° ne doivent pas sortir. Ils doivent rester chez eux. On les soignera en appelant le 15 et on se débrouillera pour leur fournir des médicaments à domicile si besoin. Pour tous les autres qui sont dans cette zone et qui travaillent, le mieux c'est de rester à la maison et de faire du télétravail et de limiter au maximum les sorties. Isoler ceux qui sont atteints et isoler ceux qui ne sont pas pour qu'ils ne rencontrent pas les gens atteints. Voilà les principes qu'on doit mettre en place au moins sur notre zone.