Covid-19 : un nouveau variant découvert en Bretagne, des interrogations sur sa capacité à échapper aux tests

Selon la DGS, les premières analyses n'ont pas conclu à une gravité ou une contagiosité plus importantes, mais interrogent sur un possible "défaut de reconnaissance par les tests virologiques".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'entrée principale du centre hospitalier de Lannion (Côtes-d'Armor), le 11 mai 2020. (MAXPPP)

Un nouveau variant du coronavirus SARS-CoV2 a été identifié en Bretagne, après l'apparition d'un foyer de contamination à l'hôpital de Lannion (Côtes-d'Armor), a indiqué la Direction générale de la santé dans un communiqué lundi 15 mars, confirmant ce qu'annonçait l'Agence régionale de santé vendredi. Les premières analyses, qui se poursuivent, "ne permettent de conclure ni à une gravité ni à une transmissibilité accrue", rassure le ministère. Mais une autre hypothèse est soulevée : la possibilité qu'il échappe aux tests de dépistage classiques.

Dans un autre document, destiné aux soignants, également rendu public lundi, la Direction général de la santé explique "qu'une évaluation est en cours" pour déterminer si les mutations de ce variant peuvent entraîner "un défaut de reconnaissance par les tests virologiques conduisant à un sous-diagnostic".

Dans son communiqué, la DGS évoque le cas de "plusieurs patients présentant des symptômes typiques suggérant une infection par le SARS-CoV-2 mais un résultat de test RT-PCR négatif sur des échantillons nasopharyngés et pour lesquels le diagnostic a pu être fait par la sérologie ou la réalisation de RT-PCR sur des prélèvements respiratoires profonds."

Dans "une zone géographique incluant une partie des départements de Côtes-d’Armor et du Finistère", elle invite donc les soignants à suivre de nouvelles consignes pour mieux diagnostiquer les personnes contaminées.

Classé dans une catégorie qui regroupe des milliers de variants

"Par précaution, les autorités locales, Préfectures et ARS, accentuent les mesures permettant de freiner la transmission du virus, par exemple en accélérant la vaccination, en rappelant l’importance des gestes barrières ou en limitant les rassemblements", indique par ailleurs la DGS

Samedi, 8 cas de personnes porteuses de ce variant avaient été identifiés, et confirmés par séquençage, parmi les 79 cas du cluster de Lannion.

En attendant la suite des investigations, qui doivent aussi évaluer comment il réagit à la vaccination contre le Covid-19 ou la présence d'anticorps, ce variant a été classé dans la catégorie "à suivre" par les autorités. Elle regroupe la plupart des milliers de variants qui apparaissent naturellement dans le monde, et dont seule une petite proportion posent finalement des problèmes particuliers de santé publique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.