Covid-19 : un été morose pour les commerçants

Le chômage partiel est prolongé jusqu’à la fin de l’année dans le secteur du tourisme. Une mesure indispensable car les recettes sont maigres dans ce secteur depuis le début de l’été. Illustration à Juan-les-Pins où les vendeurs sont très inquiets.

France 2

Sur la plage de Juan-les-pins (Alpes-Maritimes), la peur du Covid est palpable par tous les commerçants. Les vendeurs ambulants comme ceux des kiosques font le même constat. Presque personne pour acheter café, sandwichs ou glaces. Cette saison, tous les midis, une grande partie des vacanciers quitte la plage. "La clientèle du matin est une clientèle plus âgée et ils ne prennent aucun risque et rentre directement à la maison" indique une responsable d’un kiosque.

Des commerces et des plages vides

Même scène inédite pour ce magasin d’article de baignade. Déjà 50% de baisse de chiffre d’affaire. "Il n’y a personne, je me tourne les pouce toute la journée", confesse la responsable de ce magasin de plage. D’habitude à cette époque de l’année, impossible de trouver une place sur cette plage historique privée de Juan-le-Pins. Avec le Covid il a fallu s’adapter, avec 23 saisonniers cet été contre 35 les autres années.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le chômage partiel est prolongé jusqu’à la fin de l’année dans le secteur du tourisme. Une mesure indispensable car les recettes sont maigres dans ce secteur depuis le début de l’été. Illustration à Juan-les-pins où les vendeurs sont très inquiets.
Le chômage partiel est prolongé jusqu’à la fin de l’année dans le secteur du tourisme. Une mesure indispensable car les recettes sont maigres dans ce secteur depuis le début de l’été. Illustration à Juan-les-pins où les vendeurs sont très inquiets. (France 2)