Covid-19 : prémisses d'une troisième vague dans le Grand Est

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Covid-19 : prémisses d'une troisième vague dans le Grand Est
France 2
Article rédigé par
J. Longchampt, A. Etienne, F.Bouquillat, A. Maurisson, R. Mathis, P. Goldmann - France 2
France Télévisions

Dans le Grand Est, le taux d’incidence bondit depuis quelques jours et est vendredi 18 décembre au-dessus du taux d’alerte renforcée. De quoi voir le spectre d'une troisième vague.

À Epinal (Vosges), une campagne de dépistage a testé une centaine d’habitants à quelques jours de Noël. Une étape cruciale menée dans plusieurs villes de ce département, l’un des plus touchés de France. Son taux d’incidence, soit le nombre de cas pour 100 000 habitants, est reparti à la hausse. Un rebond constaté par Benoît Leroy, médecin généraliste : "pendant 15 jours, trois semaines, je n’ai plus eu de cas positifs, et là on voit ces 4/5 derniers jours qu’on en déclare plus tous les jours".

Les hôpitaux déjà en tension

Le taux d’incidence, supérieur à la moyenne en France, a atteint le seuil d’alerte renforcée, de quoi y voir le spectre de la troisième vague. "Nous sommes un petit peu anxieux de ce qu’il va se passer, parce que le système de santé aura beaucoup de mal à supporter une troisième vague vu son niveau de tension actuelle", prévient le docteur François Braun, chef du pôle urgences du CHR de Metz-Thionville (Moselle). Les départements voisins sont aussi touchés, comme dans le Territoire de Belfort, qui comptait 210 nouvelles hospitalisations le 17 décembre. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.