Cet article date de plus d'un an.

Covid-19 : "On a à apprendre la démocratie dans une situation de crise", affirme le professeur André Grimaldi

Le professeur émérite à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris et fondateur du collectif Inter-Hôpitaux plaide pour une discussion "sur la place publique" afin de décider des restrictions sanitaires contre la propagation du virus.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le professeur André Grimaldi prend la parole le 14 janvier 2020 lors d'une conférence de presse du Collectif Inter-Hôpitaux.
 (THOMAS PADILLA / MAXPPP)

"En France, on a un président qui décide pour nous. Mais où est le débat sur les mesures à prendre ?" s'est demandé dimanche 7 février sur franceinfo André Grimaldi, professeur émérite à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris et fondateur du collectif Inter-Hôpitaux.

>> Covid-19 : suivez les dernières informations sur l'épidémie dans notre direct.

Malgré l'urgence de la situation, en pleine épidémie de Covid-19, estime André Grimaldi, "on a le temps de discuter avec les élus des régions, les élus nationaux pour que tout le monde dise : 'dans notre région, il vaudrait mieux confiner à telle et telle condition'. Là, typiquement, avec le monde du spectacle, et les grands magasins, il fallait faire un choix."

"J'aurais laissé les magasins de proximité, fermé les grands magasins et ouvert les théâtres et les salles de concert. Mais moi, je ne suis rien."

André Grimaldi

à franceinfo

"C'est une discussion qu'il faut avoir démocratiquement, dans un temps donné avec les personnes concernées, mais sur la place publique. On ne peut pas avoir la pochette surprise qui est 'on va vous confiner'" puis "le président a dit le contraire", a poursuivi le professeur émérite. "On a à apprendre la démocratie dans une situation de crise et je pense que c'est une des questions importantes pour l'adhésion de la population", a-t-il conclu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.