Covid-19 : la Nouvelle-Calédonie supprime la nécessité de présenter un motif impérieux pour se rendre dans l'archipel

C'est un assouplissement modéré des conditions d'entrée dans le territoire, où la situation sanitaire s'améliore. Seules les personnes vaccinées restent autorisées à s'y rendre et une quarantaine reste obligatoire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une infirmière mesure la saturation en oxygène d'un patient atteint de Covid-19, le 30 septembre 2021 à l'hôpital de Nouméa (Nouvelle-Calédonie). (THEO ROUBY / AFP)

Un léger assouplissement des mesures contre le Covid-19 en Nouvelle-Calédonie. La nécessité de disposer d'un motif impérieux pour se rendre dans l'archipel sera levée à partir du 1er novembre. "Aujourd'hui, les taux d'incidence observés démontrent que le risque de contamination est plus élevé localement et que les restrictions de la liberté d'aller et venir n'emportent aucun risque sanitaire lourd", explique le haut-commissaire de la République, Patrice Faure, dans un courrier adressé aux dirigeants des collectivités calédoniennes.

Vaccin, test et isolement toujours obligatoires

Le principe de motifs impérieux est donc "abrogé à compter du 1er novembre 2021". Toutefois, conformément au décret du 17 septembre dernier, seules les personnes vaccinées sont autorisées à se rendre en Nouvelle-Calédonie. A l'arrivée, un test de dépistage au coronavirus et un isolement de 7 jours à domicile ou dans un hôtel demeurent obligatoires.

Les motifs impérieux avaient été instaurés en 2020 au début de la crise sanitaire pour protéger le Caillou longtemps resté exempt de Covid-19, avant que le variant Delta du virus ne provoque depuis début septembre une violente épidémie, qui a fait jusqu'alors 264 morts. L'épidémie est désormais en repli en raison des mesures de confinement et de la progression de la vaccination mais le taux d'incidence reste élevé à 195 cas pour 100 000 habitants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.