Covid-19 : les tests PCR et antigéniques en chute libre depuis qu'ils sont payants

Publié Mis à jour
Covid-19 : les tests PCR et antigéniques en chute libre depuis qu'ils sont payants
France 2
Article rédigé par
F.Prabonnaud, M.Martel, L.Haedrich, J.Pires - France 2
France Télévisions

Avec la reprise de l'épidémie de Covid-19, une question se pose. Doit-on rétablir la gratuité des tests ? Le nombre de PCR et antigéniques effectués a chuté, ce qui pourrait masquer les véritables chiffres de la recrudescence du virus.

Le Covid-19 est de retour pour une cinquième vague. En Allemagne, au Pays-Bas et en Autriche, les gouvernements ont été forcés de prendre des mesures afin de protéger leur population. En France, la reprise est beaucoup plus lente, mais elle est quand même présente. Les chiffres pourraient de plus être masqués par la véritable chute des tests. En effet, depuis la fin du mois d'octobre, ils sont payants : 25 euros pour un antigénique en pharmacie, et 44 euros pour un PCR en laboratoire; ce qui freinerait beaucoup de Français à se faire dépister.

Le nombre de tests s'est effondré

Dans un laboratoire pharmaceutique visité par les équipes de France Télévisions, on peut effectuer jusqu'à 10 000 tests par jour, mais seulement 150 sont réalisés quotidiennement depuis qu'ils sont devenus payants. "Ça a beaucoup baissé. Aujourd'hui, la fréquentation, c'est uniquement des gens qui voyagent, car le PCR est obligatoire pour se rendre dans d'autres pays", précise Carole Gutsmuth, directrice du laboratoire Biogroup de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Même constat dans une autre pharmacie ou les tests ont été divisés par deux depuis le 15 octobre. "Les personnes qui ne viennent pas à la pharmacie, ce sont les personnes qui ne sont pas vaccinées", explique Bruno Fellous, pharmacien à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

Parmi nos sources :

L'évolution du nombre de tests de dépistage COVID sur Covidtracker

Le communiqué du gouvernement sur la fin de la gratuité de tous les tests

Liste non exhaustive.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.