Covid-19 : les soins de thanatopraxie, jusque-là interdits, peuvent désormais être réalisés sur certains défunts

Des soins de conservation des corps sont désormais autorisés sur les défunts ayant présenté des symptômes du Covid-19 plus de 10 jours avant le décès. En cas de doute, un test PCR post-mortem pourra être réalisé pour limiter les prises de risques.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Cimetière (photo d'illustration). (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Les soins de thanatopraxie, c’est-à-dire les soins de conservation des corps, sont autorisés sur les corps des personnes qui ont commencé à présenter des symptômes du Covid-19 plus de 10 jours avant leur décès, indique un décret daté de jeudi 21 janvier, publié au Journal officiel vendredi 22 janvier.

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19.

Jusqu'ici seule une toilette mortuaire simple, réalisée par des professionnels de santé ou des thanatopracteurs, était autorisée pour les défunts atteints du Covid-19. Le nouveau décret établit que "les soins de conservation sont interdits sur le corps des défunts dont le décès survient moins de dix jours après la date des premiers signes cliniques ou la date de test ou examen positif". En cas de suspicion d'un cas de Covid-19 au moment du décès, "un test antigénique permettant la détection du SARS-CoV-2" peut être réalisé par le médecin qui constate le décès, ce qui permettra "d'adapter la prise en charge des défunts", indique aussi le décret.

Plus de mise en bière immédiate

"La présentation du défunt à la famille et aux proches est rendue possible au sein du lieu où le décès est survenu", indique également le décret. Jusqu'ici, les "défunts atteints ou probablement atteints du Covid-19 au moment de leur décès" faisaient l'objet "d'une mise en bière immédiate", mais cela n'empêchait pas la possibilité pour les proches de revoir le défunt, notamment lorsque le décès se produisait en établissement.

"Le corps du défunt est mis en bière et le cercueil est définitivement fermé avant la sortie du lieu où le décès est survenu, en présence de la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles ou de la personne qu'elle aura expressément désignée", établit également le texte.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.