Covid-19 : "Les Français veulent qu'on leur dise les choses clairement" affirme Olivier Faure, premier secrétaire du PS

Le premier secrétaire du PS espère que la rencontre prévue à Matignon avec les responsables politiques ne sera pas "comme ces réunions qui ne servent à rien".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Olivier Faure, premier secrétaire du PS, était l'invité du "18h50 franceinfo" le 13 février 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Qu'on arrête de prendre les Français pour des cruches. Ils ont bien compris ce qu'il se passait. Et donc ils veulent aujourd'hui qu'on leur dise les choses clairement", a affirmé lundi 26 octobre sur franceinfo Olivier Faure, député PS de Seine-et-Marne et premier secrétaire du parti socialiste, alors que le Premier ministre Jean Castex recevra mardi 27 octobre en fin de journée les responsables politiques puis les partenaires sociaux à Matignon pour faire le point sur la situation sanitaire.

J'aimerais que, demain, on mette tout sur la table, qu'il y ait la possibilité pour chacune et chacun de s'exprimer et de dire ce à quoi il est prêt. Et ensuite, qu'il y ait une forme de solidarité autour des mesures.

Olivier Faure, premier secrétaire du Parti Socialiste

franceinfo

Olivier Faure "redoute" que la rencontre prévue à Matignon soit comme "ces réunions qui ne servent à rien". "Jusqu'ici, nous avons été convoqués à plusieurs reprises sans jamais avoir été consultés sur quoi que ce soit. Et donc, j'espère que demain, cette réunion permettra de sortir de cette forme d'infantilisation dans laquelle on maintient les Français."

Le patron du PS trouve également le gouvernement "très anxiogène". Selon lui, "en permanence, il pèse sur les Français le sentiment que tout n'est pas fait, que tout n'est pas dit et que, en permanence, on s'achemine vers des mesures plus dures".

Le télétravail, insuffisamment employé par le gouvernement selon Olivier Faure

Olivier Faure rappelle qu'"il y a à peine douze jours, le président de la République s'était exprimé devant tous les Français" en expliquant "que tout était maîtrisé, qu'il n'y avait pas de problème, et que toutes les leçons avaient été tirées de la première crise du Covid-19. Et donc que désormais, tout allait se passer correctement si on voulait bien accepter l'idée d'un couvre-feu". Pour le patron des députés PS, "on voit les limites" du discours "et on voit bien que ce qui n'a pas été fait, nous allons devoir le faire maintenant".

Olivier Faure estime notamment que le télétravail "n'a pas été envisagé comme une obligation pour tous ceux qui le peuvent". "On a parlé des restrictions pour les réunions familiales, les réunions amicales. Mais on le sait bien, l'endroit où on se contamine le plus, ça reste le travail, ça reste l'université et donc ce sont ces lieux là aussi qu'il faut viser." Le patron du PS l'affirme, "partout où on a des gens qui peuvent télétravailler, il faut télétravailler, ne serait-ce que pour décharger les transports".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.