Covid-19 : les enfants de 3 à 17 ans pourront bénéficier gratuitement de dix séances chez le psychologue, annonce Emmanuel Macron

Ces séances, qui devront être prescrites par un médecin, seront prépayées. Cette possibilité sera activable tout au long de la crise, auprès de psychologues partenaires identifiables sur une plateforme.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Emmanuel Macron visite le service de pédopsychiatrie du CHU de Reims (Marne), le 14 avril 2021. (CHRISTIAN HARTMANN / AFP)

Un geste pour prévenir les effets psychologiques liés à l'épidémie de Covid-19. Emmanuel Macron a annoncé l'instauration d'un forfait de dix séances chez un psychologue de ville pour les enfants de 3 à 17 ans affectés par la crise, mercredi 14 janvier. Ces séances, qui devront être prescrites par un médecin, seront prépayées, les parents n'auront donc pas besoin d'avancer des frais. Cette possibilité sera activable tout au long de la crise, auprès de psychologues partenaires identifiables sur une plateforme.

"Nous avons aujourd'hui un problème de santé qui touche nos enfants et adolescents, qui se rajoute à l'épidémie", a reconnu le président lors d'une visite au service de pédopsychiatrie du CHU de Reims (Marne) pour rencontrer médecins et jeunes patients, afin de constater le fort impact psychologique de la crise. Il était accompagné du ministre de la Santé, Olivier Véran, et du secrétaire d'Etat en charge de l'enfance, Adrien Taquet.

Des Assises de la psychiatrie se tiendront cet été

A la mi-janvier, le chef de l'Etat s'était entretenu avec des pédopsychiatres qui l'avaient alerté sur la dégradation de la santé mentale des enfants et des adolescents depuis le début de l'épidémie. Il avait alors demandé la tenue d'Assises de la psychiatrie et de la santé mentale, qui se tiendront cet été.

Le recours aux urgences psychiatriques a augmenté de 40% en 2020 et 40% des parents ont déclaré avoir observé des signes de détresse chez leur enfant lors du premier confinement, en raison notamment de la contrainte d'enfermement et de l'absence de relations sociales liée à la fermeture des écoles, selon la présidence.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.