Covid-19 : le taux de pénétration du variant anglais est proche de 14%, selon Bruno Lina, membre du Conseil scientifique

Le virologue Bruno Lina dévoile sur France Inter les résultats partiels de la deuxième enquête flash menée le 27 janvier. Le variant anglais est présent dans 20% des tests positifs en Île-de-France, en Bretagne et dans le Grand-Est.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un technicien de laboratoire manipule des échantillons par écouvillonnage dans le service de microbiologie de l'hôpital Emile-Muller de Mulhouse, le 17 novembre 2020. (PATRICK HERTZOG / AFP)

Le taux de pénétration du variant anglais du coronavirus est de 13,8%, indique à France Inter Bruno Lina, virologue membre du Conseil scientifique, confirmant une interview donnée à Lyon Capitale. Il dévoile les résultats partiels de la deuxième enquête flash menée le 27 janvier dernier. Il y a de fortes disparités régionales.

>> Covid-19 : faut-il s'inquiéter de la nouvelle mutation du variant anglais du virus ?

13,8% de variant anglais parmi les tests positifs, cela représente une personne sur sept. C'est un taux de pénétration quatre fois plus important par rapport à l'enquête flash des 7 et 8 janvier. Cette circulation n'est pas explosive mais linéaire et continue, selon Bruno Lina.

La situation est hétérogène suivant les régions, avec une forte présence en Île-de-France, en Bretagne et dans le Grand-Est où le taux est d'environ 20%. En Auvergne-Rhône-Alpes, on ne trouverait que 10% des cas. La Normandie est aussi moins touchée.

L'enquête du 27 janvier a également pu mettre en évidence la présence de 1 à 2% de variant sud-africain et quelques cas du variant brésilien. Mais le variant britannique est clairement majoritaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.