Covid-19 : le surpoids, un facteur aggravant chez les plus jeunes

Publié Mis à jour
Covid-19 : le surpoids, un facteur aggravant chez les plus jeunes
FRANCE 3
Article rédigé par
A-C.Roth, M.Birden, S.Lacombe - France 3
France Télévisions

Une étude britannique publiée à la fin du mois d'avril établie un lien entre l'âge, l'indice de masse corporelle et le risque de développer une forme grave du Covid-19. 

Depuis un an, la mère de Sandra Ortiz, rencontrée par les équipes de France Télévisions, n'est pas sortie de chez elle. Avec ses 108 kilos, la patiente fait partie des personnes à risques. Elle recevait le 1er mai dernier sa première injection du vaccin. Un soulagement pour sa fille, Sandra Ortiz. "Comme ça, fini le virus", commentait celle-ci. Dès le début de l'épidémie, les médecins ont constaté que les patients obèses étaient sur-représentés en réanimation. 

L'âge, un facteur à prendre en compte 

Une étude britannique vient de le quantifier. Elle considère l'indice de masse corporelle, l'IMC. Au-delà de 23 points, qui indiquent une corpulence saine, plus l'IMC augmente, plus les risques d'hospitalisation s'aggravent. "Chaque fois que vous augmentez d'un point votre indice de masse corporelle, (…) de l'ordre de 5/6 kilos à peu près, vous augmentez votre risque de faire une complication grave de la Covid et donc d'aller en réa de 5%", détaille le Dr. Arnaud Cocaul, médecin et nutritionniste. Par ailleurs, plus une personne est jeune, plus l'IMC joue un rôle important dans le risque de développer une forme grave du virus. D'autres facteurs sont à prendre en compte, comme le manque d'activité. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.