Covid-19 : l’Association des directeurs au service des personnes âgées appelle à assouplir le protocole sanitaire dans les Ehpad

Soumis à un protocole sanitaire très strict depuis un an, les résidents des Ehpad vaccinés demandent davantage de libertés. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un résident d'un Ehpad de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) reçoit ses proches, le 12 novembre 2020. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Alors que plus de 80% des résidents en Ehpad ont reçu au moins leur première dose de vaccin contre le coronavirus, Romain Gizolme, le directeur de l'AD-PA, l'Association des directeurs au service des personnes âgées appelle le gouvernement, mercredi 3 mars sur franceinfo, à assouplir le protocole sanitaire dans les Ehpad. Selon lui, "il faut donc que les personnes âgées, les familles, mais aussi les professionnels voient les bénéfices de cette avancée" vaccinale en France.

Depuis près d’un an et le début de l’épidémie de coronavirus, les 700 000 résidents des Ephads et leurs familles doivent respecter un protocole sanitaire strict. Romain Gizolme demande l’assouplissement de ces règles avec notamment l’autorisation de l’entrée des familles dans les Ephad ou bien la possibilité pour les résidents de sortir à l’extérieur des établissements.

Il estime également que le contact physique entre les personnes âgées et les familles pourraient être rétabli en respectant un protocole sanitaire comme le lavage des mains au gel hydrologique et le maintien du port du masque.

"Nous ne sommes plus dans la situation d'il y a un an"

Le directeur de l'AD-PA justifie sa demande en indiquant que les personnes âgées vaccinées évitent les formes graves de développement de maladies liées aux Covid et que la vaccination du personnel avance également pour atteindre 40% d’agents vaccinés. "Aujourd'hui, nous ne sommes plus dans la situation d'il y a un an, donc il faut effectivement trouver des mesures nouvelles qui correspondent à cette situation d'avancée vaccinale", souligne Romain Gizolme.

Il s’inquiète de l’impact sur la santé psychique sur les personnes âgées de ces mesures qui durent : "Il faut bien mesurer que ces personnes âgées, là où tous les Français aujourd'hui peuvent se promener toute la journée en ville jusqu'à 18 heures, ne le peuvent pas si elles suivent le protocole du ministère". Romain Gizolme poursuit : "Il faut toujours aussi se rappeler que ces personnes âgées qui vivent en établissement ont connu un confinement, au moment où nous étions tous confinés, qui avait démarré plus tôt et qui a duré plus tard que pour tous les autres Français."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.