Covid-19 : des patients plus jeunes en réanimation à Paris, probable conséquence de la vaccination des personnes âgées

Ces dix derniers jours, un quart des malades du coronavirus hospitalisés dans les hôpitaux publics parisiens avaient moins de 40 ans, indique le professeur Bruno Mégarbane. Le médecin de l'hôpital Lariboisière voit des patients "plus jeunes".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Dans le service de soins intensifs de l'hôpital Tenon, à Paris, en janvier 2021. Photo d'illustration. (ALAIN JOCARD / AFP)

Plus de trois millions de Français ont reçu une première injection de vaccin contre le Covid-19. Pour la plupart, des personnes âgées de plus de 75 ans. Et cela commence à se ressentir sur les chiffres de l'épidémie, notamment dans les services de réanimation des hôpitaux À l'hôpital Lariboisière, à Paris, la moyenne d'âge des patients baisse depuis plusieurs jours.

Des personnes âgées "protégées" et plus vigilantes 

Penché sur la liste des patients Covid dans son service de réanimation médicale, le Pr Bruno Mégarbane calcule les âges de chacun : cinq patients de moins de 50 ans, soit 40% des malades, parmi lesquels plusieurs trentenaires. "Clairement on a l'impression que c'est un peu plus jeune, et c'est une particularité qui est noté dans l'ensemble des hôpitaux de l'assistance publique", indique le professeur Mégarbane.

"Environ 25% des patients qui ont été hospitalisés dans les dix derniers jours ont moins de 40 ans."

Professeur Bruno Mégarbane

à franceinfo

Les patients très âgés sont peu admis en réanimation car souvent trop affaiblis pour supporter les traitements lourds, mais il n'existe pas de règle. L'hôpital Lariboisière accueille ces jours-ci un patient de 80 ans.

Cette tendance récente au rajeunissement des patients en réanimation, constatée dans les hôpitaux parisiens, est peut-être un effet de la vaccination. "Effectivement les trois quarts des personnes de plus de 80 ans habitant dans les Ehpad mais également une certaine proportion de personnes plus âgées sont vaccinées donc protégées", abonde Bruno Mégarbane.

Le professeur Mégarbane suppose aussi que, depuis plusieurs semaines, les personnes âgées sont davantage vigilantes et s'isolent. Inversement, un relâchement des plus jeunes, les trentenaires, les quadragénaires, pourrait expliquer leur arrivée plus massive dans les services de réanimation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.