Covid-19 : "La situation s’améliore nettement", mais "il y a une déconnexion avec la feuille de route du gouvernement", estime un épidémiologiste

"La situation s'améliore, mais va-t-elle continuer à s'améliorer dans les semaines qui viennent ? C'est la grande inconnue", a déclaré sur franceinfo Mahmoud Zureik, professeur en épidémiologie et santé publique.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des personnes marchent sur la "Promenade des Anglais" à Nice, le 3 mai 2021. (SEBASTIEN NOGIER / EPA / MAXPPP)

"Il y a une déconnexion entre la situation sanitaire et la feuille de route du gouvernement", a estimé mercredi 5 mai sur franceinfo Mahmoud Zureik, professeur en épidémiologie et santé publique à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, même si selon lui "la situation sanitaire s'améliore nettement."

>> Covid-19 : suivez les dernières informations sur la pandémie dans notre direct.

"Nous avons une amélioration de la situation par rapport à avril. Nous sommes passés de 40 000 cas par jour à un nombre compris entre 20 000 et 25 000. Les hospitalisations commencent aussi à baisser", a expliqué Mahmoud Zureik. "Cependant, nous restons sous tension hospitalière très importante. La situation s'améliore, mais va-t-elle continuer à s'améliorer dans les semaines qui viennent ? C'est la grande inconnue."

"La reprise d'activité et les différentes étapes de ce déconfinement ont été définies sans faire une projection et sans connaître la situation sanitaire que l'on aura dans les semaines qui viennent."

Mahmoud Zureik, professeur en épidémiologie et santé publique

à franceinfo

Selon lui, "il y a une déconnexion entre la situation sanitaire et la feuille de route du gouvernement. Il y a des arguments qui poussent à être pessimistes et il y a des arguments qui poussent à être optimistes" quant à l'évolution de la situation sanitaire dans les semaines à venir. "Les arguments qui poussent à être pessimistes, c'est qu'il va y avoir de plus en plus de contacts, de brassage, et l'ouverture des écoles. Les mêmes causes produisent les mêmes effets", a-t-il avancé. "Cependant, le nombre de vaccinés augmente de façon importante, le nombre de personnes déjà contaminées aussi, et les conditions météorologiques vont nous pousser à passer plus de temps en extérieur qu'à l'intérieur."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.