Covid-19 : "Il y a une épidémie extrêmement importante chez les gens qui ne sont pas vaccinés", explique l'infectiologue Jean-Paul Stahl

Le gouvernement a détaillé lundi lors d'une conférence de presse de nouvelles mesures pour lutter contre la cinquième vague épidémique de Covid-19.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une infirmière travaille dans le service de pneumologie du Nouvel Hôpital Civil (NHC) à Strasbourg, dans l'est de la France, le 2 décembre 2021. (PATRICK HERTZOG / AFP)

"Il y a une épidémie extrêmement importante chez les gens qui ne sont pas vaccinés", a expliqué lundi 6 décembre sur franceinfo Pr Jean-Paul Stahl, infectiologue, professeur émérite de maladies infectieuses au CHU de Grenoble. Le gouvernement a annoncé de nouvelles mesures pour lutter contre le Covid-19. "Comme l'a dit le Premier ministre, l'épidémie a changé, explique l'infectiologue. On a une gravité qui s'est installée dans une fraction de la population qui n'est pas vaccinée."

franceinfo : Que retenez-vous des annonces ?

Jean-Paul Stahl : Le renforcement des mesures barrières. C'est ça le gros des annonces et c'est logique, quand le virus circule il faut mettre en place des mesures barrières. Je retiens l'appel à la vaccination, c'est le point absolument clé de cette épidémie. Il y a une épidémie extrêmement importante chez les gens qui ne sont pas vaccinés. Comme l'a dit le Premier ministre, l'épidémie a changé. On a une gravité qui s'est installée dans une fraction de la population qui n'est pas vaccinée.

Comment convaincre les plus réticents ?

L'explication a peut-être montré ses limites. A un moment se pose la question de l'obligation. Médicalement il faudrait le voir, socialement je n'ai pas la compétence pour en parler. Si vous asséchez le potentiel de transmission du virus il n'y a plus d'épidémie.

La vaccination des 5-11 ans sera ouverte pour les enfants les plus fragiles face au Covid-19 à partir du 15 décembre. Est-ce une bonne chose ?

Là il n'y a pas de débat, ils ont besoin d'être protégés et il y a une forme pédiatrique qui a été validée et qui arrive sur le marché. Donc il faut vacciner ses enfants. Là où il peut y avoir débat c'est sur la vaccination des autres enfants mais il est tenu un petit peu tard. Les autres enfants on va leur imposer des mesures mais tout ça pour protéger les adultes qui ne veulent pas de faire vacciner. C'est un peu agaçant.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.