Cet article date de plus d'un an.

Covid-19 : "Il y a des mesures en graduation" à mettre en place avant un reconfinement, estime le président du Conseil départemental de Moselle

Avancer les vacances scolaires, vacciner massivement... Il y a des mesures à prendre avant d'envisager de reconfiner et de fermer les frontières, défend Patrick Weiten alors que la Moselle fait face à une recrudescence de variants du Covid inquiétante.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Patrick Weiten, président du Conseil départemental de la Moselle, le 16 octobre 2017. (PIERRE HECKLER / MAXPPP)

Patrick Weiten, président du Conseil départemental de la Moselle, a appelé vendredi 12 février sur franceinfo à ne pas "pousser à la dramatisation, même s'il faut tenir compte de la situation" alors qu’Olivier Véran, le ministre de la Santé, se rend en Moselle, où la présence de variants du Covid-19 inquiète les autorités sanitaires.

>> Épidémie de Covid-19 : suivez notre direct.

Patrick Weiten refuse pour l’instant l’idée d’un reconfinement. D’abord parce que cela a "des conséquences économiques, des conséquences sociales, des conséquences humaines" qui "sont à prendre en compte dans une décision aussi dure que celle-là. Donc, il ne faut pas effectivement pousser à la dramatisation, même s'il faut tenir compte de la situation", dit-il. Selon lui, "il y a des mesures en graduation qu’il faut mettre en place et pas arriver immédiatement à la décision ultime". Même position pour le maire de Thionville Pierre Cuny. "Un confinement strict serait très compliqué à mettre en place parce nous sommes un territoire à très haute transhumance. C’est 150 000 personnes qui traversent quatre frontières, la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne et la France tous les jours", explique-t-il à franceinfo. 

Plusieurs mesures intermédiaires "indispensables" sont sur la table, selon Patrick Weiten. "On parle d’avancer d’une semaine les vacances scolaires dès ce soir. Cela fait partie des propositions et on attend que le ministre Véran nous donne des informations cet après-midi. Le deuxième point, c’est un couvre-feu le week-end dès samedi à 14 ou 16 heures", a-t-il indiqué.

Vacciner de façon massive

L’idée de rallonger les vacances scolaires pourrait être profitable pour mettre les bouchées doubles sur la vaccination. Sur ce temps-là, "il faut essayer de vacciner de façon massive. Je crois que c'est absolument indispensable. C’est par le vaccin qu'on arrivera à endiguer cette infection et cela doit se faire dans le cadre d'une démarche de solidarité nationale", plaide Patrick WeitenPierre Cuny, maire et médecin, réclame de son côté "un focus de la vaccination sur la Moselle" : il faut "clairement aller plus vite, plus fort". Il demande que soient "fléchés des moyens supplémentaires sur la Moselle, ce qui nous permettra de faire fonctionner des centres de plus grande ampleur". 

"Il faut prendre des mesures drastiques. Le virus est là et de toute façon, on ne peut pas l'arrêter. Mais il faut tout faire pour qu'il y ait une diminution très nette de sa pénétrance."

Pierre Cuny, maire de Thionville et médecin

à franceinfo

"Et donc, c'est pour cela que je pousse aussi pour qu'on accélère d'une façon ou d’une autre les vaccinations qui mettront trois semaines ou un mois pour agir, mais Il faut qu'on accélère", martèle le maire de Thionville.

Quant à savoir s'il faut-il fermer la frontière avec le Luxembourg et l’Allemagne, "la question est posée", pour Patrick Weiten. "Nous essayons d'éviter la fermeture des frontières puisqu'il faut savoir qu’il y a 100 000 Mosellans qui traversent nos frontières tous les jours pour aller travailler. C'est vraiment une difficulté économique et sociale qui est importante", souligne le président du Conseil départemental de la Moselle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.