Covid-19 : Gabriel Attal promet un "hommage" aux victimes, à l'approche des 100 000 morts en France

L'organisation d'un temps d'hommage et de deuil a déjà été évoquée en Conseil des ministres, a déclaré le porte-parole du gouvernement, qui n'a livré aucun détail sur la date ou la forme.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le porte-parole du gouvernement après un Conseil des ministres, le 8 avril 2021 à l'Elysée. (ANDREA SAVORANI NERI / NURPHOTO / AFP)

Il y aura "évidemment ce moment d'hommage et du deuil pour la Nation" en faveur des victimes du Covid-19, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, mercredi 14 avril, alors que la France approche des 100 000 morts de la maladie. "Ce sont 100 000 familles endeuillées", a-t-il ajouté, précisant que le président Emmanuel Macron avait "déjà eu l'occasion d'en parler dans les Conseils des ministres", mais sans fournir de date pour un éventuel hommage national.

Plusieurs pays ont déjà organisé des moments de recueillements pour entretenir le souvenir des victimes de cette maladie : le Royaume-Uni et la Suisse, par exemple, ont observé une minute de silence, les 23 mars et 5 avril, tout comme la Chine, le 4 avril, avec une journée de deuil national.

Comme l'avait relevé L'Express, le député écologiste Mathieu Orphelin avait déposé le 6 avril une proposition de loi visant à créer une "journée nationale d'hommage aux victimes du Covid-19" tous les 17 mars, "en souvenir du premier jour du confinement en 2020". Cet élu, toutefois, n'appartient à aucun groupe à l'Assemblée nationale et n'est pas en mesure d'inscrire sa proposition à l'ordre du jour. Contacté par l'hebdomadaire, il estimait qu'il revenait "au gouvernement et à la majorité d'inscrire ce texte à l'ordre du jour des débats parlementaires au plus vite". "On verra s'il y a un hommage aux victimes, pourquoi pas", s'était contentée de répondre Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, interrogée par BFMTV sur ce point.

Des associations demandent "une journée d'hommage national"

L'idée d'un hommage a également été évoquée par des associations de victimes. Lionel Petitpas, président de l'association "Victimes du Covid-19", a d'ailleurs écrit à l'Elysée en ce sens et obtenu une réponse. Dans un courrier consulté par France 3 Grand Est, le chef de cabinet d'Emmanuel Macron lui assurait début mars "que des réflexions [étaient] en cours concernant l'instauration d'une journée dédiée à la mémoire de celles et ceux qui ont été emportés par ce fléau". Mais sans davantage de précisions sur la nature de cet hommage. "Nous avons besoin de communier tous ensemble pour nous réparer. Pour que les vivants se réparent", déclarait récemment sur France Inter Sabrina Sellami, référente Ile-de-France de cette association.

Enfin, les associations "Coronavictimes" et "Collectif 9471" avaient publié une tribune dans Libération, signée par leurs présidents respectifs, Michel Parigot et Olivia Mokiejewski. Ces derniers jugeaient "indispensable" qu'Emmanuel Macron reconnaisse sa "responsabilité dans la catastrophe qui s’abat sur notre pays". Les auteurs réclamaient un "statut de victime" pour les personnes concernées, ainsi qu'une "journée d'hommage national".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.