Covid-19 : les personnes qui attendent pour se faire vacciner "commettent une erreur", selon Alain Fischer

"En se vaccinant aujourd'hui, on est protégé pour la rentrée", a fait valoir le "monsieur vaccin" du gouvernement dans le "Journal du dimanche".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Alain Fischer, le président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, lors d'une conférence de presse, à Paris, le 25 février 2021. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Il ne faut pas tarder à se faire vacciner contre le Covid-19. C'est ce qu'a martelé, en substance, Alain Fischer, le "monsieur vaccin" du gouvernement, dans le Journal du dimanche (article abonnés) daté du 4 juillet. Celles et ceux qui attendent "commettent une erreur", a déclaré le président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale alors que la campagne ralentit en France. Interrogé au sujet de ces personnes de 18 à 45 ans qui patientent, Alain Fischer insiste : "En se vaccinant aujourd'hui, on est protégé pour la rentrée."

"Tout se joue dans les quinze jours à venir [pour éviter] une quatrième vague liée à la fois au variant Delta, à la reprise des contacts, à la rentrée scolaire, au climat plus favorable au virus."

Alain Fischer

au JDD

Pour Alain Fischer, "la bataille sera plus difficile pour les 18-40 ans : les projections estiment qu'ils seront vaccinés à 60-70% au final (45% aujourd'hui). Les taux projetés sont insuffisants pour contrôler le virus et atteindre une immunité de groupe". En effet, pour atteindre cette immunité de groupe, il faut vacciner au moins 75% de l'ensemble de la population française. Faute de couverture vaccinale assez importante, "il restera des infections, des hospitalisations, des entrées en réanimation et des décès. Avec potentiellement des conséquences en matière de restrictions : fermetures d'établissements scolaires, reconfinement", a prévenu Alain Fischer.

Favorable à l'obligation vaccinale pour les soignants

Alain Fischer s'est dit favorable à la vaccination obligatoire pour les soignants et les personnels en Ehpad. "Pour ces professionnels, on a atteint ce point de dernier recours. Moins de 60 % de couverture dans les Ehpad, 64 % dans les hôpitaux, cela reste clairement insuffisant", a-t-il déclaré. Et d'ajouter : "Certains sont encore dans l'attente ou la réflexion. Ils doivent le faire pour eux mais aussi pour protéger les patients. C'est un principe de responsabilité et d'exemplarité." 

>> Obligation vaccinale pour les soignants : comment la position du gouvernement a évolué au fil des mois

Le gouvernement prépare un projet de loi permettant de rendre obligatoire la vaccination contre le Covid-19 pour les soignants. L'exécutif a depuis quelques jours mis sur la table une telle obligation pour le personnel des Ehpad et hôpitaux, notamment au cas où l'objectif des 80% de vaccinés ne serait pas atteint "d'ici septembre".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.