Covid-19 : 17% de tests positifs en Ile-de-France, un niveau "jamais atteint", selon l'ARS

Aurélien Rousseau, le directeur de l'Agence régionale de santé d'Ile-de-France, était l'invité de BFMTV. Il a donné les derniers chiffres de l'épidémie dans la région parisienne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une femme subit un test PCR, à Paris, le 4 septembre 2020. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

La situation sanitaire se dégrade nettement en Ile-de-France. Dans cette région, 17% des personnes testées pour le Covid-19 sont positives, "un chiffre qu'on n'avait jamais atteint", a souligné, lundi 12 octobre, sur BFMTV, le directeur de l'Agence régionale de santé (ARS) Aurélien Rousseau.

>> Retrouvez les dernières infos sur la pandémie de Covid-19 dans notre direct

Avec "474 malades, on a passé les 42% d'occupation" des lits de réanimation par des patients Covid en Ile-de-France, a précisé Aurélien Rousseau. Il y a "plus de 1 480 personnes dans les lits d'hospitalisation conventionnelle, 672 dans les soins de suite et de réadaptation et presque une centaine dans les lits de psychiatrie".

Le directeur de l'ARS d'Ile-de-France avait alerté la semaine dernière sur la "grande marée" qui allait déferler sur les hôpitaux. "On pense qu'on a le temps mais à la fin il y a une course contre la montre", a-t-il répété lundi.

Chiffres extrêmement élevés chez les 20-30 ans

Signe alarmant selon lui, "on a par exemple aujourd'hui à Paris chez les 20-30 ans plus de 800 cas positifs pour 100 000. Le seuil d'alerte, c'est 50. Et surtout, depuis trois jours, ces chiffres augmentent très rapidement chez les personnes âgées".

"On sait ce qui va se passer dans les 15 prochains jours" et notamment "qu'on va avoir plus de cas graves", a-t-il dit. Ce sont "sans doute jusqu'à 300 personnes par jour dans les prochains jours qui vont arriver dans les hôpitaux d'Ile-de-France", a-t-il pronostiqué.

Aurélien Rousseau a aussi rappelé qu'il avait été demandé aux hôpitaux d'activer "tous leurs dispositifs de crise" et que cela passait déjà par des déprogrammation d'interventions et des congés repoussés pour les soignants.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.