Coronavirus : quatre personnes sont mortes du Covid-19 et 4 500 cas ont été identifiés au sein de l'AP-HP en Ile-de-France

Le directeur général a appelé de ses vœux le fait que les employés de l'AP-HP puissent bénéficier d'une dérogation "pour qu’ils puissent faire plus de 100 km" lors du déconfinement afin de "se reposer quelques jours".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'hôpital de la Pitié-Salpétrière, à Paris, le 26 février 2020. (MAXPPP)

En première ligne face au virus, ils ont payé un lourd tribut. Quelque 4 500 membres du personnel de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) ont été contaminés par le Covid-19 et quatre sont morts depuis le début de l'épidémie en France, a annoncé mercredi 13 mai le directeur général de l'institution, Martin Hirsch. L'ancien ministre, entendu par le Sénat, a précisé s'attendre à un bilan plus élevé avec la mise en place des tests sérologiques.

>> Coronavirus : suivez les dernières nouvelles liées à la maladie avec la rédaction de franceinfo

"La sérologie qui sera pratiquée au fur et à mesure (...) mettra certainement en évidence que le nombre de personnes au contact avec le virus et qui ont pu avoir le Covid sans être symptomatiques sera probablement beaucoup plus élevé que ce chiffre", a redouté le directeur général de l'AP-HP.

"Je ne vois pas comment les personnels de l'hôpital qui, dans une zone confinée, étaient eux-mêmes à prendre des moyens de transport (...), à être en contact avec beaucoup [de leurs collègues], je ne vois pas comment leur taux d'atteinte du virus ne serait pas plus élevé que l'ensemble de la population confinée de la région dans laquelle ils vivent, a-t-il poursuivi. Je n'ai pas beaucoup de doute là-dessus."

Afin de faire face à la "souffrance" à laquelle son personnel est confronté, l'AP-HP "a mis en place une ligne d’écoute avec psychiatres et psychologues", a encore dit Martin Hirsch. Le directeur général a en outre appelé de ses vœux le fait que les employés de l'AP-HP, éreintés par la crise sanitaire, puissent bénéficier d'une dérogation "pour qu’ils puissent faire plus de 100 km" lors de cette première phase du déconfinement, afin de "se reposer quelques jours".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.