Coronavirus : pour le 1er-Mai, les syndicats appellent à une mobilisation sur le balcon

Alors que les cortèges sont impossibles à organiser en raison du confinement, sept organisations syndicales et mouvements lycéens appellent à manifester autrement, à sa fenêtre ou sur les réseaux sociaux.

Des manifestants tiennent des pancartes le 1er mai 2019 à Nantes (Loire-Atlantique).
Des manifestants tiennent des pancartes le 1er mai 2019 à Nantes (Loire-Atlantique). (SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)

Pas de cortège mais des messages revendicatifs. En raison du confinement décrété pour lutter contre la pandémie de coronavirus, plusieurs syndicats et organisations de jeunesse ont appelé, lundi 20 avril, à la mobilisation le 1er-Mai lors de la journée internationale des travailleurs, en arborant des pancartes depuis son balcon ou en inondant les réseaux sociaux de slogans. 

"Même confinés, manifestons toutes et tous le 1er-Mai avec des pancartes, banderoles ou en envahissant les réseaux sociaux, et donnons à cette journée une véritable force collective", écrivent dans un communiqué commun les organisations syndicales CGT, FSU, Solidaires et les mouvements lycéens Fidl, MNL, UNL et étudiant Unef.

Les "invisibles de nos sociétés" en lumière

En cette pandémie de Covid-19, les sept organisations veulent mettre en lumière les "oubliés" et les "invisibles de nos sociétés, qui continuent à travailler, le plus souvent au risque de leur propre vie""Ce sont d'abord l'ensemble des personnels de santé qui n'ont pas compté leurs heures, leur dévouement", mais aussi les salariés, "souvent des femmes, du commerce, de l'agroalimentaire, du paramédical, du social, du nettoiement", les agents des services publics, "et plus largement ceux et celles qui travaillent au service de la population", souligne le communiqué intersyndical. "Les paroles de reconnaissance" du gouvernement "n'ont pas été suivies d'actes forts", estiment les signataires, qui réclament en particulier "de vraies revalorisations salariales du Smic et des salaires".

Fidèle à sa tradition, Force ouvrière appellera à ses propres mobilisations le 1er mai, également sur les réseaux sociaux. FO portera ses revendications d'une "augmentation générale des salaires et du Smic", de "l'égalité femmes-hommes" et du "renforcement des systèmes de protection sociale collective (santé, assurance chômage, retraite)", selon la déclaration de sa commission exécutive adoptée lundi.