Coronavirus : "On a laissé 20 millions de personnes voyager dans des trains cet été. Donc pourquoi pas nous ?", s'interroge un producteur de concerts

À titre de comparaison, l'affluence des 100 plus gros festivals de France "c'est 7,5 millions de personnes en plein air", argumente Matthieu Drouot. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Une salle de concert (photo d'illustration). (FRANZ CHAVAROCHE / MAXPPP)

"On a laissé 20 millions de personnes voyager dans des trains cet été. Donc pourquoi pas nous ?", regrette Matthieu Drouot, le directeur général de la société Gérard Drouot Productions, le plus grand producteur de concerts en France, jeudi 27 août sur franceinfo avant une réunion entre les acteurs du spectacle, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot et le Premier ministre Jean Castex. Le producteur demande la réouverture de toutes les salles de concert, que les spectateurs soient assis ou debout.

franceinfo : Vous organisez 600 concerts par an habituellement. Combien en avez-vous organisé cette année ?

Matthieu Drouot : On en a fait une trentaine au début de l'année, jusqu'à la fin du mois de février, l'hiver étant la saison creuse habituellement et l'été la saison forte. Mais cet été j'ai fait un seul concert le 24 juillet à Narbonne. C'est le seul concert qu'on a pu faire depuis le mois de mars. C'est une année inexistante, si j'ose dire. La crainte qu'on a aujourd'hui, c'est que 2021 soit pareille. Dans toutes les conversations qu'on a pu avoir, on nous a expliqué que l'autorisation des concerts debout n'étaient pas à l'ordre du jour, qu'on parlait des spectacles assis. Hier, la ministre Roselyne Bachelot a annoncé la réouverture de salles sans distanciation, hormis les zones rouges, mais sans préciser si c'était les salles assises ou debout. Si on revient sur une ouverture conditionnée à la circulation du virus, pourquoi ne pas ouvrir les salles debout dans les zones vertes, par exemple, si le virus n'y circule plus ? Tout ça n'est pas très clair. Le résultat, c'est qu'il y a une vraie crise de confiance dans la profession avec les artistes. Aujourd'hui, on ne sait pas quand on peut repartir sur la route. Par exemple, j'ai une tournée au mois de novembre avec Éric Serra, qui joue le Grand Bleu en ciné-concert. C'est une tournée d'une quinzaine de Zénith en France. Je ne vois pas comment partir en tournée, si on doit attendre la veille au soir de savoir si on sera en zone verte ou en zone rouge le lendemain, puisqu'en plus les mises à jour sont faites quotidiennement, donc ça ne me paraît pas très sérieux.

Demandez-vous la réouverture de toutes les salles de spectacles, assises et debout ?

Oui, puisque tous les secteurs dans le pays, à part les boîtes de nuit, ont été déconfinés depuis le mois de juin, sauf le nôtre.

C'est à se demander si cette maladie ne s'attrape pas plus quand un artiste chante ou un musicien joue. 

Matthieu Drouot, directeur général de la société Gérard Drouot Productions

à franceinfo

La SNCF a accueilli 20 millions de voyageurs cet été. 20 millions ! Pour vous donner un exemple, l'affluence des 100 plus gros festivals de France annulés, c'est 7,5 millions de personnes en plein air. On a interdit à 7,5 millions de spectateurs d'aller voir des concerts et on a laissé 20 millions de personnes voyager dans des trains cet été. Donc pourquoi pas nous ? Pourquoi est-ce qu'on rassemble des gens dans des gares, dans des trains, et pas dans les salles ? J'ai entendu des spécialistes dire que finalement il n'y avait pas eu de clusters dans les métros. La situation dans les salles de spectacles est un peu similaire, donc ouvrons les salles ! Je crois que la ministre de la Culture veut rouvrir les salles. Elle l'a dit plusieurs fois depuis sa nomination, mais aujourd'hui, on nous conditionne toujours à des contraintes qui ne permettent pas de reprendre.

Mercredi, le Premier ministre Jean Castex a appelé les Français a retourné dans les salles de spectacles et les théâtres. Est-ce un bon signal ?

Oui, c'est un bon signal, mais je pense que les Français ne sont pas stupides. On ne peut pas leur dire "Allez au théâtre, vous ne risquez rien, mais par contre, si vous êtes en zone rouge, vous aurez un siège vide à côté de vous !". Il n'y a pas de logique dans tout ça et je crois que, fort heureusement, cette épidémie est peut-être plus derrière nous que devant nous. Quand je vois tous les rassemblements qui ont pu être maintenus cet été, il y a eu des grosses polémiques sur un concert à Nice, sur la Fête de la musique, on nous a expliqué que ces rassemblements allaient provoquer quelque chose de grave et je crois que ça n'a pas été le cas. Il faut reprendre confiance en les organisateurs d'événements, en les salles qui savent accueillir le public. Je préfère que les spectacles aient lieu dans des Zénith aujourd'hui ou dans des théâtres ou dans des petits clubs, à la Maroquinerie à Paris ou n'importe lequel, plutôt que dans les bois et dans les forêts.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.