Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : Muriel Pénicaud souhaite "une mesure spécifique" pour les saisonniers

A l'occasion d'un débat à l'Assemblée sur les conséquences de la réforme de l'assurance-chômage, Muriel Pénicaud a précisé qu'elle allait "discuter avec les partenaires sociaux".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, au palais de l'Elysée à Paris, le 4 mars 2020. (KARINE PIERRE / HANS LUCAS / AFP)

La ministre du Travail a indiqué, lundi 18 mai, qu'il fallait "prendre une mesure spécifique" pour les saisonniers touchés par la crise du coronavirus. Questionnée sur le sujet à l'occasion d'un débat à l'Assemblée sur les conséquences de la réforme de l'assurance-chômage, Muriel Pénicaud a précisé qu'elle allait "discuter avec les partenaires sociaux".

>> Suivez les dernières informations sur la pandémie dans notre direct

Quelques jours plus tôt, les fédérations FO couvrant les secteurs du transport et de l'hôtellerie-restauration avaient réclamé au gouvernement une "sécurisation financière" pour les "saisonniers sacrifiés", sans emploi l'été prochain à cause de l'épidémie. "Il est clair que nous n'aurons pas un été normal", a reconnu la ministre du Travail. Pour la fin de la saison d'hiver, "on a permis de mettre en chômage partiel les saisonniers d'hiver qui n'ont pas fini leur saison".

Face aux questions sur la réforme en cours, dont la mise en œuvre a été en partie décalée dans son deuxième volet, Muriel Pénicaud n'a eu de cesse de renvoyer "aux discussions avec les partenaires sociaux". Le gouvernement a en effet indiqué qu'"une réflexion" allait être engagée "pour adapter rapidement" les règles, "au-delà des mesures de prolongation de droits déjà prises". Syndicats et associations, comme ATD Quart Monde ou le Secours catholique, réclament l'abandon de cette réforme.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.