Coronavirus : les traditions funéraires bouleversées

Avec les mesures de confinement, les inhumations des malades décédés du coronavirus Covid-19 ne se font qu'en petit comité. En parallèle, les professionnels sont surchargés dans les foyers de l'épidémie.

FRANCE 3

Pour les familles des malades décédés des suites du coronavirus Covid-19, il est impossible de respecter les traditions funéraires en temps de confinement. Dans les foyers de l'épidémie de coronavirus, comme en Île-de-France et le Grand Est, les enterrements sont limités à un tout petit nombre de proches. D'autant que dans ces régions, la hausse du nombre de décès ces dernières semaines surcharge les services de pompes funèbres, où les cercueils ne cessent d'arriver. Dans le Haut-Rhin, certains malades morts des suites du virus ne pourront pas être inhumés avant une dizaine de jours. Un tel afflux, de sorte que dans certaines entreprises, les cercueils viennent même à manquer.

Des professionnels pas suffisamment équipés face au virus

Pour les professionnels, il est impératif de se protéger pour ne pas être contaminés. "Quand on va sur un décès qui est à domicile ou dans des établissements qui sont un peu moins pourvus, on a plus de risques, donc on prend vraiment toutes les précautions, que ce soit la charlotte, les surchaussures", explique l'un d'eux. Mais selon certains opérateurs funéraires, la profession ne serait pas suffisamment équipée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Avec les mesures de confinement, les inhumations des malades décédés du coronavirus Covid-19 ne se font qu\'en petit comité. En parallèle, les professionnels sont surchargés dans les foyers de l\'épidémie.
Avec les mesures de confinement, les inhumations des malades décédés du coronavirus Covid-19 ne se font qu'en petit comité. En parallèle, les professionnels sont surchargés dans les foyers de l'épidémie. (FRANCE 3)