Coronavirus : les propos du préfet Didier Lallement sur les malades en réanimation sont "totalement inadmissibles" pour Clémentine Autain

Le préfet de police de Paris a affirmé vendredi matin que "ceux qui sont aujourd'hui hospitalisés, qu'on trouve dans les réanimations, sont ceux qui au début du confinement ne l'ont pas respecté".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le préfet de police de Paris lors d'une cérémonie à l'Arc de Triomphe à Paris, le 11 novembre 2019 (photo d'illustration). (LUDOVIC MARIN / POOL)

Les propos du préfet Didier Lallement "sont totalement inadmissibles", a déclaré ce vendredi 3 avril sur franceinfo Clémentine Autain, députée La France insoumise de Seine-Saint-Denis. Didier Lallement a affirmé vendredi matin que "ceux qui sont aujourd'hui hospitalisés, qu'on trouve dans les réanimations, sont ceux qui au début du confinement ne l'ont pas respecté, il y a une corrélation très simple". La députée réclame de nouveau la démission du préfet de police de Paris.

>> Coronavirus : retrouvez toutes les informations dans notre direct

"Le préfet de police se montre insultant et, par ailleurs, ce qu'il dit est évidemment totalement faux, estime Clémentine Autain. C'est assez insupportable à entendre pour des personnes qui sont contraintes d'aller travailler et qui n'ont pas aujourd'hui les protections qui permettent justement d'éviter d'échapper à la contamination".

L'opposition indignée par les propos du préfet

La députée La France Insoumise réclame une fois de plus la démission du préfet de police : "Ce n'est pas la première fois, parce que dans des séquences plus anciennes face aux 'gilets jaunes' notamment, il avait tenu dans les manifestations des propos qui sortaient totalement du cadre d'un préfet de police. Pour la députée La France Insoumise, "je crois en effet que là il vient d'outrepasser toutes les bornes parce que ce sont aussi les bornes de l'empathie, de l'humanité qui sont franchies dans la bouche d'un représentant de l'État. Honnêtement, ça fait froid dans le dos".

Sur les réseaux sociaux, les propos du préfet de police ont fait réagir les représentants de l'opposition politique. Pour Olivier Faure, député de la 11e circonscription de Seine-et-Marne, et premier secrétaire du Parti socialiste, "ce préfet est une honte."

Le député de l'Essonne et président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignant réclame la démission de Didier Lallement, tout comme la sénatrice Europe-Écologie-Les Verts Esther Benbassa.

"Ces propos totalement stupides sont de surcroît d’une froideur et d’une méchanceté qui donnent la nausée", a quant à elle estimé la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.