Cet article date de plus de deux ans.

Coronavirus : les autorités sanitaires canadiennes mettent en garde contre l'utilisation de chloroquine et d'hydroxychloroquine

L'agence de la santé publique du Canada note que ces médicaments peuvent entrainer "de graves troubles du rythme cardiaque".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des plaquettes de Nivaquine et de Plaqueril, le 26 février 2020, à l'IHU de Marseille.  (GERARD JULIEN / AFP)

La chloroquine et l'hydroxychloroquine sont de plus en plus contestées. Les autorités sanitaires canadiennes ont à leur tour mis en garde, samedi 25 avril, contre l'utilisation de ces traitements pour prévenir une infection au coronavirus ou la traiter. "La chloroquine et l'hydroxychloroquine peuvent entraîner de graves effets secondaires. Ces médicaments doivent être utilisés seulement sous la supervision d'un médecin", a averti l'agence de la santé publique du Canada, dans une mise à jour, publiée sur son site internet. 

"De graves troubles du rythme cardiaque"

Santé Canada "s'inquiète du fait que certaines personnes pourraient acheter directement de la chloroquine ou de l'hydroxychloroquine et l'utiliser pour prévenir ou traiter le Covid-19". L'agence note que ces médicaments peuvent entrainer "de graves troubles du rythme cardiaque". L'Agence européenne des médicaments a elle aussi émis un avertissement similaire jeudi sur ces médicaments, dont l'usage fait débat, y compris au sein de la communauté scientifique et médicale. 

L'ANSM, l'agence française du médicament, a elle aussi averti que les effets indésirables signalés chez des malades du Covid-19 traités par hydroxychloroquine étaient un "signal de vigilance important", les patients atteints du coronavirus semblant présenter une "fragilité particulière" sur le plan cardiaque.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.