Coronavirus : le Conseil d'Etat entérine la fin de la saison de football de Ligue 1, mais suspend les relégations d'Amiens et de Toulouse

La plus haute juridiction administrative a rejeté le recours formulé par Jean-Michel Aulas, qui réclamait une reprise du championnat.

Le président de l\'Olympique lyonnais, Jean-Michel Aulas, sort du Conseil d\'Etat, le 4 juin 2020 à Paris.
Le président de l'Olympique lyonnais, Jean-Michel Aulas, sort du Conseil d'Etat, le 4 juin 2020 à Paris. (FRANCK FIFE / AFP)

La prochaine saison de Ligue 1 pourrait se jouer avec 22 équipes. Le Conseil d'Etat a rejeté, mardi 9 juin, le recours déposé  notamment par l'Olympique lyonnais pour reprendre le cours de la saison 2019-2020 de Ligue 1, terminée prématurément en raison de la crise du Covid-19. La plus haute juridiction administrative française, qui a entériné le classement arrêté à la 28e journée, a toutefois suspendu les relégations d'Amiens (19e) et de Toulouse (20e) en Ligue 2.

Le sort d'Amiens et de Toulouse va être rééxaminé

Le Conseil d'Etat avait été saisi par l'Olympique lyonnais, 7e du championnat et donc non qualifié pour les compétitions européennes, et par Amiens et Toulouse, les deux clubs relégués en Ligue 2.

Cette décision n'assure toutefois pas le maintien à Toulouse et Amiens. Le magistrat a en effet enjoint la Ligue de football professionnel, en lien avec la Fédération française, de réexaminer, d'ici au 30 juin, la question du format de la Ligue 1 pour le prochain exercice. Si ces instances décidaient de garder le format traditionnel du championnat à 20 équipes, Amiens et Toulouse pourraient être effectivement rétrogradées en Ligue 2. Quant aux montées en Ligue 1 de Lorient (1er de Ligue 2) et de Lens (2e), elles ne sont pas remises en question.