Coronavirus : le baptême du feu difficile des internes

Pour ces jeunes, ce n'est pas la fin qu'ils avaient sans doute imaginée pour leurs études. Des milliers d'internes en médecines sont en première ligne de l'épidémie de Covid-19.

France 2

Pour des milliers d'internes, ces dernières semaines ont pris des allures de grand bain. Avec l'explosion du nombre de cas de contamination au nouveau coronavirus, les hôpitaux de certaines régions, comme l'Île-de-France ou le Grand Est, sont saturés. Alors, les étudiants en médecines en fin d'étude sont au front, comme Lucie Daniel affectée en urgence au service de réanimation en Seine-Saint-Denis. "Moi je ne suis pas du tout interne de réanimation habituellement. je suis interne de cardiologie", explique la jeune femme.

"On tient à l'adrénaline"

"C'est dur, mentalement parce qu'on est confronté à une situation d'urgence, donc on tient à l'adrénaline", poursuit-elle. Face à la crise sanitaire, le personnel soignant ne compte pas ses heures. Elle a effectué six jours d'affilée, de 8 heures à 21 heures avec une garde de 24 heures, sans dormir la nuit.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une anesthésiste désinfecte du matériel médical qui a servi à amener six malades du coronavirus à l\'hôpital de Brest, le 24 mars 2020.
Une anesthésiste désinfecte du matériel médical qui a servi à amener six malades du coronavirus à l'hôpital de Brest, le 24 mars 2020. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)