Coronavirus : la ville de Nice utilise des drones pour disperser les personnes qui ne respectent pas les mesures de confinement

Le maire de Nice et la préfecture des Alpes-Maritimes appellent les habitants à plus de responsabilité. Depuis jeudi matin, l’accès aux plages du département est interdit jusqu’à nouvel ordre.

Des policiers utilisent un drone pour contrôler les déplacements en période de confinement sur la Promenade des Anglais, à Nice, le 19 mars 2020.
Des policiers utilisent un drone pour contrôler les déplacements en période de confinement sur la Promenade des Anglais, à Nice, le 19 mars 2020. (VALERY HACHE / AFP)

La préfecture des Alpes-Maritimes et la ville de Nice utilisent depuis jeudi 18 mars des drones munis de haut-parleurs pour repérer et disperser les groupes de personnes qui ne respectent pas les mesures de confinement ni de précaution dans la ville de Nice, rapporte France Bleu Azur.

>> Retrouvez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

Des hélicoptères de la gendarmerie sont également mobilisés pour cette même mission, notamment sur la Promenade des Anglais et l’avenue Jean Médecin où de nombreuses personnes se promènent encore, pas découragées par la menace d’une amende de 135 euros pour des déplacements non-nécessaires.

Le maire de Nice Christian Estrosi et le préfet Bernard Gonzalez appellent les Azuréens à plus de responsabilité dans un communiqué publié jeudi : "Le non-respect des consignes sanitaires est inacceptable et nous devons faire comprendre à la population le respect strict des consignes, à l’heure où les médecins, les infirmiers, les personnels hospitaliers, se battent sans relâche pour sauver des vies, au prix d’une abnégation totale."

Ils menacent : "Des contraintes supplémentaires pourraient être prises pour assurer la sécurité de tout un chacun" si "les mesures n’étaient pas rapidement et scrupuleusement suivies". La préfecture des Alpes-Maritimes a interdit jeudi matin l’accès aux plages du département jusqu’à nouvel ordre.