Coronavirus : la France masquée ou démasquée ?

Qu’en est-il du masque que les Français ont si longtemps réclamé ? Aujourd’hui, certains l'utilisent, d'autres semblent l'avoir oublié.

France 2

Après six semaines de déconfinement sur les marchés, dans les parcs, les commerces, les transports chacun a son avis sur le port du masque. Il y a d’abord les inconditionnels, pour qui "c’est la meilleure protection qui puisse exister". "C’est pas une contrainte, c’est normal, tant que le virus circule on est obligé de se comporter comme ça. Pour nous et pour les autres", souligne une femme. Ils sont masqués pour leur santé et par civisme.

"Pas indispensable"

Du côté des réfractaires, on explique qu’"on nous a quand même dit que dehors ce n’était pas indispensable, si on respecte les distances". Il y a aussi ceux qui sont contre l’obligation, comme une commerçante qui ne comprend pas pourquoi elle risque une amende si elle ne porte ni masque ni gants alors que "la moitié des clients n’en porte pas". Pour ceux-là, même quand le masque est obligatoire, la tentation de désobéir prend parfois le dessus.



Le JT
Les autres sujets du JT
Un panneau annonçant l\'obligation de porter un masque à l\'entrée du métro à Paris le 1er juin 2020.
Un panneau annonçant l'obligation de porter un masque à l'entrée du métro à Paris le 1er juin 2020. (MARTIN NODA / HANS LUCAS / AFP)