Coronavirus : la difficile application de l’isolement

Un élément de la stratégie du premier confinement avait connu un échec : c’est l’isolement des malades. Pourrait-il devenir obligatoire comme dans d’autres pays ?

France 2

L’isolement des malades devait être la recette pour éviter la deuxième vague : tester, tracer et isoler. Selon l’épidémiologiste Pascal Crepey, l’isolement est la phase inévitable pour limiter la diffusion du Covid-19. "Malgré toutes les précautions et tout le respect du protocole du port du masque, le meilleur moyen d’éviter les contaminations, c’est de s’isoler en dehors du foyer", assure t-il.

35 hôtels en France dédiés à l’isolement

En France, cela n’a pas fonctionné. À la sortie du confinement, un hôtel de Perpignan (Pyrénées-Orientales) a accueilli 69 malades encore contagieux. Des chambres individuelles, des repas sur place… Tout était prévu. Comme celui-ci, 35 autres hôtels ont été mis à la disposition des malades, mais seule une dizaine a reçu de rares patients. Pour beaucoup de Français, l’idée d’une quatorzaine hors de chez soi a du mal à passer. "Pour avoir été positive, je n’aurai pas été d’accord de partir de chez moi pour être placée dans un hôtel", explique une jeune femme.



Le JT
Les autres sujets du JT
Des grillages sont installés autour du village vacances de Branville, près de Cabourg (Calvados), où arriveront, vendredi 21 février, des Français rappatriés du Wuhan. 
Des grillages sont installés autour du village vacances de Branville, près de Cabourg (Calvados), où arriveront, vendredi 21 février, des Français rappatriés du Wuhan.  (LOU BENOIST / AFP)