Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : la compagnie aérienne KLM va supprimer entre 1 500 et 2 000 emplois "dans les mois à venir"

La compagnie néerlandaise, fusionnée avec Air France, réagit à la chute du nombre de ses vols à cause de l'épidémie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un avion de la compagnie néerlandaise KLM s'apprêtant à atterrir à l'aéroport d'Amsterdam Schiphol, le 13 août 2019. (NICOLAS ECONOMOU / AFP)

Le transport aérien souffre face à l'épidémie de coronavirus Covid-19. "Dans les mois à venir, nous allons supprimer de 1 500 à 2 000 emplois", a annoncé vendredi 13 mars le directeur général de KLM, la compagnie néerlandaise membre du groupe Air France-KLM.

Ces suppressions de postes se répartiront dans les semaines et les mois à venir, a précisé Pieter Elbers, expliquant qu'elles concerneraient en premier lieu les salariés à temps partiel et ceux proches de la retraite, et que des départs naturels ne seraient pas remplacés. "Nous pensons que c'est ce qu'il convient de faire pour éviter d'autres mesures contraignantes", a-t-il ajouté.

Réduction du temps de travail et avions immobilisés

KLM, qui emploie 33 000 personnes au total, va également réduire le temps de travail de ses salariés, et immobilisera ses Boeing 747 à partir du 1er avril.

La compagnie avait déjà prédit une chute du nombre de ses vols de 20% en mars et de 30% en avril. Elle a notamment suspendu ses liaisons avec la Chine et l'Italie. En février, le groupe Air France-KLM avait estimé que la pandémie lui coûterait entre 150 et 200 millions d'euros en avril.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.