Coronavirus : ils testent l’efficacité des masques grand public

À Mulhouse (Haut-Rhin), plusieurs laboratoires ont décidé d’unir leurs forces pour tester l’efficacité des masques. Seuls quatre pays au monde sont engagés dans cette procédure de certification des masques.

FRANCE 2

Tester l’efficacité des masques grand public : dans ce laboratoire désormais agréé de l’Université de Haute-Alsace, à Mulhouse (Haut-Rhin), les chercheurs s’y emploient depuis quelques semaines. "Là, l’échantillon va être soumis à un flux de fécule de maïs. On va tester l’efficacité de filtration, quel est le pourcentage de particules qui seront arrêtées par le filtre", explique Valérie Tschamber, enseignante-chercheuse. De la fécule de maïs colorée pour simuler les postillons. Le masque testé ce jour-là s’en sort bien. "Là, actuellement, on est à 440 particules par centimètre cube, alors qu’on était à 2 000 quand le masque n’était pas présent", ajoute-t-elle.

Filtration et respiration

Un masque étanche aux postillons, mais qui doit quand même laisser respirer. Par conséquent, les scientifiques testent aussi la perméabilité à l’air des masques. "S'il n’est pas assez respirant, quand vous allez inspirer, il va se coller au visage et vous pouvez avoir un essoufflement", précise Marie-Ange Bueno, directrice du laboratoire de physique et mécanique textile de l’Université de Haute-Alsace.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une fabrique de masques FFP2. Photo d\'illustration.
Une fabrique de masques FFP2. Photo d'illustration. (FRED DUFOUR / AFP)