Coronavirus : en Espagne, la municipalité d'un village désinfecte la plage à l'eau de Javel avant de reconnaître une erreur

L'objectif était de désinfecter le sable avant le début du déconfinement. Des associations écologistes locales dénoncent cette initiative qui "tue tout l'écosystème".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une plage entre Barbate and Zahara de los Atunes (Espagne), le 17 mai 2015. (LOUISE MURRAY / ROBERT HARDING PREMIUM / AFP)

"C'était une erreur." A Zahara de los Atunes, un village balnéaire situé dans le sud de l'Espagne, la municipalité a déployé des tracteurs équipés de pulvérisateurs le long d'une partie de sa plage, afin d'asperger le sable d'eau de Javel, avant de reconnaître que c'était une faute.

L'initiative était censée protéger les habitants du Covid-19, alors que depuis samedi 2 mai, les Espagnols sont autorisés à sortir de chez eux une fois par jour pour se promener ou pratiquer une activité physique, après avoir observé un confinement strict pendant sept semaines. "Mais cela a été fait avec les meilleures intentions", a plaidé auprès du média Canal Sur un responsable municipal, Agustín Conejo, qui affirme que cette intervention était motivée uniquement par le désir de protéger les enfants.

"La plage est un écosystème vivant"

"C'est totalement absurde", s'emporte María Dolores Iglesias Benítez, directrice d'une association locale active dans la protection de la zone, dans The Guardian (en anglais). "La plage est un écosystème vivant. Et quand vous la vaporisez d'eau de Javel, vous tuez tout ce qui va [sur le sable]", se désole-t-elle. Avec un accès à la plage interdit depuis six semaines, María Dolores Iglesias Benítez avait espéré que le nombre de nids de plusieurs espèces d'oiseaux migrateurs, dont le pluvier de Kent, doublerait dans la région cette année. "Maintenant, je crains que les tracteurs n'ait écrasé les œufs", confie-t-elle.

Son association a déposé plainte auprès des autorités locales, attirant l'attention de groupes tels que Greenpeace Espagne. "Pulvériser les plages avec de la javel en pleine période de reproduction des oiseaux ou du développement des invertébrés, qui soutiendront la pêche côtière, et détruire la valeur touristique du littoral, ne fait pas partie des idées de Trump. Cela se passe à Zahara de los Atunes", a écrit Greenpeace Espagne sur Twitter le 27 avril. L'ONG fait référence à la récente déclaration du président américain, qui a suggéré aux scientifiques d'examiner le recours à des injections de désinfectant dans les poumons pour soigner le Covid-19.

Un responsable du gouvernement régional d'Andalousie a confirmé l'ouverture d'une enquête qui doit permettre d'en savoir plus sur cette initiative et sur les autorisations nécessaires pour la mener.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.