Coronavirus : deux anciens résistants, Henri Ecochard et Frida Wattenberg, emportés par le Covid-19

Ces deux survivants de la France libre et de la Résistance juive avaient 95 et 96 ans.

Frida Wattenberg, ancienne membre de la Résistance juive, le 3 juin 2014, lors d\'une cérémonie d\'hommage à Annemasse (Haute-Savoie).
Frida Wattenberg, ancienne membre de la Résistance juive, le 3 juin 2014, lors d'une cérémonie d'hommage à Annemasse (Haute-Savoie). (MAXPPP)

Leurs noms s'ajoutent à la longue liste des victimes du coronavirus en France. Deux survivants de la France libre et de la Résistance juive ont à leur tour été emportés par l'épidémie : Henri Ecochard, 96 ans, et Frida Wattenberg, 95 ans.

>> Suivez les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct

"Henri Ecochard, Français libre de 1940, que tant d'entre nous ont connu et apprécié, nous a quittés, victime de l'épidémie", a annoncé la Fondation de la France libre sur sa page Facebook, samedi 4 avril.

Ce natif de Cholet (Maine-et-Loire), engagé dans les Forces françaises libres (FFL) à 17 ans, a servi au Proche-Orient et en Tunisie au sein des Spahis marocains avant de rejoindre, en 1944, le 1er régiment d'artillerie de la 1re Division française libre comme officier observateur en avion.

Après sa retraite, il avait dressé et informatisé la liste de tous les anciens de la France libre, devenue une référence pour les historiens sous le nom de "liste Ecochard". Il a aussi témoigné sur son passé au sein de la France libre auprès de lycéens et collégiens.

"Une véritable héroïne"

"Atteinte du virus Covid-19, Frida Wattenberg nous a quittés le 3 avril, quatre jours avant son 96e anniversaire", a annoncé de son côté le site internet du Mémorial de la Shoah. Dès l'automne 1940, Frida Wattenberg, née en 1924 dans une famille originaire de Pologne, adhère à la cellule gaulliste du lycée Victor-Hugo à Paris et participe au collage d'affiches dans toutes les classes pour appeler les jeunes à la Résistance.

En 1943, elle quitte Paris pour Grenoble, en zone d'occupation italienne, et rejoint la Résistance juive. Elle conduit des groupes d'enfants à Annecy pour leur passage en Suisse. Elle rejoint ensuite l'Armée juive (AJ), une organisation de résistance créée à Toulouse.

Après la Libération, elle travaille à l'Œuvre de protection des enfants juifs (Opej), qui prend en charge les enfants dont les parents sont morts en déportation, et milite pour la création de l'Etat d'Israël. Frida Wattenberg a témoigné pendant des années auprès d'élèves et contribué à des recherches sur la Résistance juive en France.

Rafael Gómez Nieto, dernier survivant de la "Nueve" – la première colonne, constituée pour l'essentiel de républicains espagnols, à avoir pénétré dans Paris occupé le 24 août 1944 –, est lui aussi décédé le 31 mars du coronavirus à Strasbourg.