Coronavirus : des "tests fiables, à 10-15 euros, produits par millions en juillet", promet le fondateur de NG Biotech

La star-up bretonne a obtenu un soutien de 250 000 euros de sa région pour produire le kit de dépistage en nombre. Il sera réservé au corps médical.

Une start-up bretonne, NG Biotech, a développé un test trois-en-un pour dépister le coronavirus, à Guipry, en Ille-et-Villaine. 
Une start-up bretonne, NG Biotech, a développé un test trois-en-un pour dépister le coronavirus, à Guipry, en Ille-et-Villaine.  (DAMIEN MEYER / AFP)

NG Biotech, la start-up bretonne qui a mis au point un test sérologique rapide de l'infection au coronavirus, a reçu un soutien financier de 250 000 euros de la Région Bretagne lundi. NG Biotech a été retenue par le ministère des Armées pour produire en nombre des kits de dépistage par prélèvement sanguin. La société va produire "des millions de tests" à partir du mois de juillet, contre des "centaines de milliers" actuellement, a expliqué mercredi 8 avril sur franceinfo le docteur Alain Calvo, directeur du développement stratégique et co-fondateur de NG Biotech.

>> Les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct.

Comment fonctionne votre test ?

Docteur Alain Calvo : Nous avons un dispositif très simple, unique et innovant. C'est un trois en un : piqûre, analyse et résultat en 15 minutes.

La piqûre se fait au bout du doigt et il y a un transfert immédiat dans ce boîtier qui permet d'avoir un résultat sans manipulation intermédiaire. C'est la simplicité maximale pour un test rapide.Dr Alain Calvo, co-fondateur de NG Biotechà franceinfo

La société avait déjà innovée en matière de tests de grossesse. Nous avons mis au point un concept à partir d'une goutte de sang et nous l'avons adapté en quelques semaines pour le Covid.

Est-ce fiable ?

C'est fiable parce qu'il n'y a pas de manipulation intermédiaire. Les résultats que nous avons ont été enregistrés à partir de 102 références qui ont fait des essais en termes de sensibilité, en termes de spécificité. Aujourd'hui, nous avons porté ce message auprès du ministère de la Santé et la Direction générale de la Santé nous a retenu comme une solution par rapport à ce diagnostic sérologique du Covid.

Combien de tests allez-vous pouvoir fabriquer ?

Nous allons monter en puissance. Nous avons une unité de production à côté de Rennes et nous allons faire une extension. Aujourd'hui, nous avons une cadence de production de plusieurs centaines de milliers de tests qui va passer à plusieurs millions de tests par mois à partir de juillet. Ce sera entre un et deux millions. Cela va se faire progressivement. Nous serons présents pour répondre à tous les besoins.

Ces tests seront-ils disponibles pour le grand public ?

Aujourd'hui, ce n'est pas notre stratégie. On voudrait avant tout, et c'est un engagement important, satisfaire le domaine de la santé pour répondre aux soignants et au corps médical. Ce test coûte entre 10 et 15 euros. On pourra envisager de baisser le prix.